Explosion Total : l'enquête ne fait que commencer

  • A
  • A
Explosion Total : l'enquête ne fait que commencer
Partagez sur :

L'explosion a eu lieu mercredi après-midi sur la plateforme pétrochimique de Carling en Moselle. Elle a fait deux morts et six blessés.

Deux personnes ont été tuées, et six autres blessées, dans l'explosion survenue mercredi, sur la plateforme pétrochimique Total de Carling, dans le département de la Moselle. Il n’y a plus personne sous les décombres selon les informations recueillies par Europe 1.

Une information judiciaire va être ouverte la semaine prochaine et "un ou plusieurs juges d'instruction" seront désignés, selon le substitut du procureur à Sarreguemines. L'enquête a été confiée aux services de la police judiciaire de Metz et de Strasbourg "en raison de la complexité du dossier et de leur expérience", a précisé le magistrat. Selon le substitut "il est impossible de désigner un quelconque responsable". "Cela ne sera possible qu'après les très nombreuses auditions qui vont être faites et l'analyse de très nombreux documents qui nous ont été soumis", a-t-il expliqué.

Le vapocraqueur à l'origine du drame avait déjà connu un incident lundi. "Il y avait eu un incident électrique, puisqu'il y avait eu de graves perturbations climatiques sur le site de Carling", a affirmé jeudi Jean-Marc Jaubert, directeur de la sécurité du groupe Total. Les orages avaient entraîné l'arrêt de l'installation lundi. "Mercredi, nous étions en phase de redémarrage, a ajouté Jean-Marc Jaubert sur RTL. On ne redémarre jamais ces installations automatiquement, on le fait partie par partie", a-t-il précisé, tout en excluant qu'un redémarrage trop rapide des installations soit la cause de l'incident.

Les raisons de l'explosion, qui n'a entraîné aucun départ de feu, ne sont pas connues, mais un porte-parole du groupe pétrolier français a parlé d'un "accident". Le drame s’est produit dans le vapocraqueur numéro 1 du site, une installation qui traite environ 250.000 tonnes d'éthylène par an, un composant utilisé pour la fabrication de plastique.

Le témoignage de Sébastien, ouvrier, qui a tout vu.


Une vingtaine de véhicules de sapeurs-pompiers, venus de Freyming-Merlebach et de Saint-Avold, ont été mobilisés et soixante-dix d'hommes déployés. L’incident ne présenterait pas de risque de pollution.

15-07_carling_300x150

Le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi et la secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie et des Risques industriels, Chantal Jouanno se sont rendus sur le site pour "témoigner de la solidarité du gouvernement avec les familles des victimes". Le ministre du Développement durable et de l'Energie, Jean-Louis Borloo, a demandé à la direction de Total de collaborer avec les services pour l'enquête.