Exploitations agricoles inondées : "Cela prendra des années pour que tout se remette en place"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

En Seine-Maritime, les habitants n'ont pas dû quitter les habitations. Mais les agriculteurs et leur animaux subissent les intempéries.

Bêtes bloquées par les eaux et carpes échouées dans les champs... En Normandie, l'eau s'est accumulée depuis deux jours avec un pic dans la nuit de dimanche à lundi. La crue de la Seine n'a pas provoqué de catastrophes pour les habitations ni aucune évacuation de population, mais à Saint-Aubain les Elbeuf en Seine-Maritime où la vigilance orange est maintenue, l'eau s'est immiscée dans les terres, a envahi sous-sols et jardins. La nouvelle marée haute, prévue ce lundi à 16h, est redoutée.

"Quand on a ses biens touchés, c'est stressant". Sur sa terrasse, un habitant est immergé jusqu'à la taille. "L'eau est dans la cour. Dans le sous-sol, il y a entre 60 et 80 cm. Il y a eu une infiltration d'une partie de terrain. Quand on a ses biens touchés, c'est quand même stressant", commente-t-il. Les agriculteurs ont été particulièrement atteints. Plusieurs exploitations sont aujourd'hui gorgées d'eau, comme en témoigne un exploitant du secteur, Alexandre Thénard, 33 ans, au micro d'Europe 1.

"Humidité, souillures, pourriture". Ses champs saturés en eau représentent un danger pour les animaux, qui pourraient s'intoxiquer. "On va avoir une vingtaine d'hectares de prairies sous la flotte. La terre va avoir pris l'humidité, donc des souillures, des pourritures, donc une mauvaise qualité de l'herbe et une mauvaise qualité de viande pour les bêtes", se désole-t-il.

Des années pour retrouver la qualité des sols. Élément d'inquiétude supplémentaire : des carpes de la Seine sont passées par dessus les berges jusque dans ses champs. "Elles vont mourir et une odeur de pourriture va se dégager. Si on presse ça dans le foin, cela va être une infection, les bêtes ne le mangeront pas", s'inquiète encore Alexandre Thénard. L'agriculteur a donc décidé d'en relâcher le plus possible dans la Seine.

S'il compte bien "se retrousser les manches", il doit attendre que l'eau redescende. "Il faudra des années avant que tout cela se remette en place", conclut-il.