Exclu - Téléthon : les nouvelles accusations de Bergé

  • A
  • A
Exclu - Téléthon : les nouvelles accusations de Bergé
Partagez sur :

L'homme d'affaires réitère ses critiques en apportant des chiffres précis et réclame un "partage des dons".

"Téléthon canalise la générosité publique en France" : Pierre Bergé persiste, mercredi sur Europe 1. Malgré le déluge de protestations qui a suivi sa critique du Téléthon le week-end dernier, le président du Sidaction, interrogé par Marc-Olivier Fogiel, réaffirme que les moyens du Téléthon, piloté par l'Association française contre les myopathies (AFM), lui semblent disproportionnés.

"J'ai pris des coups, certes. Mais, vous ne savez pas le nombre de textos que je reçois et qui me soutiennent", assure Pierre Bergé qui maintient ses propos. "Je ne suis pas là pour détruire le Téléthon. Ce n'est pas mon but. Mais pour qu'il y ait un partage de la générosité publique", martèle-t-il.

"J’ai eu la curiosité d’aller consulter le rapport financier de l’AFM, c’est étrange que cette association caritative ait par exemple 7 millions d’euros de produits financiers", précise Pierre Bergé. Il ajoute que le Téléthon dispose aussi de 200 millions d’euros placés et 150 millions de réserves.

"C’est très malsain de se diviser sur le champ de la maladie", estime-t-il. Il souhaiterait donc un pot commun des dons destinés à aider la recherche. Une solution qui lui semble beaucoup "plus utile" et "plus sage" aussi bien pour les malades que pour la recherche.

Il estime que l'AFM recourt à "une exhibition populiste" et "indécente" des malades dans une tribune cosignée dans Le Monde avec Line Renaud, la vice-présidente du Sidaction, et Bertrand Audoin, le directeur général. "Nous est-il cependant interdit de constater que l'AFM et nous, avons fait des choix différents, voire diamétralement opposés, dans l'image que nos deux associations donnent des malades et de la maladie", s'interrogent-ils.

Pierre Bergé est lui même atteint d'une myopathie. "Il a des moments difficiles, parfois je ne peux monter d'escalier (...) Ce n'est pas la peine d'en parler. Je ne vais pas parler de mes maladies. Cela ne regarde personne", raconte-il.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Marc-Olivier Fogiel, diffusée mercredi matin sur Europe 1.