Evaluations, dictée... Les recettes de Blanquer pour remonter le niveau de lecture

  • A
  • A
Evaluations, dictée... Les recettes de Blanquer pour remonter le niveau de lecture
"La dictée quotidienne doit devenir une réalité dans nos écoles primaires", a annoncé le ministre de l'Education nationale.@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Une étude réalisée dans 50 pays montre que les élèves français de CM1 sont largement distancés par rapport à la moyenne des pays de l'Union européenne.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé mardi vouloir mettre en place une dictée quotidienne, étendre les évaluations des élèves ou encore promouvoir certains manuels, après les résultats "préoccupants" d'une étude sur le niveau en lecture des petits Français.

La France distancée au niveau européen. Cette enquête Pirls, réalisée tous les cinq ans depuis 2001 dans 50 pays, montre qu'avec un résultat de 511 points, contre 520 en 2011, les élèves français en classe de CM1 sont désormais nettement distancés par rapport à la moyenne des pays de l'Union européenne (540). Depuis 2001, le score de la France a baissé de 14 points, alors que le score moyen des 24 pays européens qui ont participé à Pirls a progressé de 6 points. L'étude souligne aussi que la capacité des élèves français à s'approprier et accéder au sens d'un texte long est beaucoup trop faible.

"Ces résultats sont insatisfaisants et préoccupants", a commenté le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer lors d'une conférence de presse, jugeant qu'ils n'étaient "pas dignes de notre pays". Pour faire remonter le niveau de lecture des élèves français, il a annoncé plusieurs mesures, comme de nouvelles évaluations au milieu du CP et en début de CE1 à la rentrée 2018. "Ces tests seront légers et faciles à faire passer", a promis le ministre. A la rentrée 2017, le gouvernement avait déjà instauré des évaluations en début de CP et de 6ème, critiquées par les syndicats sur la forme et le principe.

Dictée quotidienne. "La dictée quotidienne doit devenir une réalité dans nos écoles primaires", a aussi indiqué le ministre, un engagement qu'avait déjà pris sa prédécesseure, la socialiste Najat Vallaud-Belkacem. Jean-Michel Blanquer souhaite aussi s'appuyer sur le Conseil scientifique, qu'il vient de créer, pour aider les professeurs à bien choisir leurs manuels scolaires. "Tous les manuels ne se valent pas, des études ont prouvé que certains sont plus efficaces que d'autres", a-t-il plaidé.

Le ministre a par ailleurs rappelé les mesures déjà engagées pour améliorer "la maîtrise des savoirs fondamentaux" comme le dédoublement des classes de CP dans les quartiers défavorisés, qui doit s'étendre aux CE1 d'ici 2019. Il a promis un plan de formation en lecture pour les professeurs des écoles, une "grande conférence" en mars sur l'école maternelle. Il a aussi annoncé le développement de stages de soutien pendant les vacances, notamment en CM2.