Euro : "la fête est déjà gâchée", regrettent les organisateurs

  • A
  • A
Euro : "la fête est déjà gâchée", regrettent les organisateurs
@ MATTHIEU ALEXANDRE / AFP
Partagez sur :

Les mouvements sociaux ont déjà terni l'image de la fête du football qui débute vendredi.

Les grèves et les manifestations qui émaillent la société française depuis des mois menacent de compliquer le Championnat d'Europe des nations. Jacques Lambert, le président du comité d'organisation de l'Euro 2016 parle d'une "fête déjà gâché" vendredi, alors que le match d'ouverture entre la France et la Roumanie ne s'est pas encore joué.

Des difficultés pour les spectateurs. Les mouvements sociaux ne devraient pas avoir de conséquence sur un plan sportif. "A partir du moment où les équipes et les arbitres peuvent se déplacer", précise Jacques Lambert sur France Inter. Qui n'exclut pas le recours à des moyens privés. "Mais les matchs, c'est fait aussi pour les spectateurs, et là, c'est plus compliqué. Si tous les supporters ne peuvent pas venir ou circuler, c'est plus fâcheux", estime l'ancien préfet. "L'image qui est donnée n'est pas celle que nous voulions." Sept millions de personnes dont 1,5 millions de spectateurs étrangers sont attendus en France pour l'Euro qui s'achèvera le 10 juillet.

Une perturbation incompréhensible ? Jacques Lambert, qui fut aussi directeur général du Comité d'organisation de la Coupe du monde 1998, dit "avoir du mal à comprendre le sens de ces mouvements sociaux. Les grèves affectent notamment le RER B qui dessert le Stade de France avant le match d'ouverture France-Roumanie. "Ceux qui sont gênés, ce sont les supporters qui ne se recrutent pas parmi le CAC 40, au Medef ou dans le 7e arrondissement", déplore-t-il. "Je ne comprends pas la logique de perturber ses frères en société."

Soutien indéfectible à Platini. A quelques heures du coup d'envoi de la compétition, l'ami intime de Michel Platini a jugé "cruelle et injuste" la sanction frappant l'ancien président de l'UEFA, interdit de toute activité liée au football par la commission d'éthique de la FIFA. "Je sais ce que Michel Platini a fait pour l'Euro. Les 20.000 enfants invités, c'est lui. Les billets à 25 euros, c'est lui. C'est un crève-coeur qu'il ne soit pas avec nous", a conclut Jacques Lambert.