Et si le 112 devenait le seul numéro d'urgence en France ?

  • A
  • A
Et si le 112 devenait le seul numéro d'urgence en France ?
@ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

D'autres pays européens ont déjà adopté le 112, avec des résultats probants de réduction des délais d'attente et de prise en charge.

Fini 17,  le 18 ou le 15 ! Un seul numéro d'urgence pour tout le pays, c’est la proposition de la fédération nationale des sapeurs-pompiers de France. L'idée serait de regrouper tous les numéros d'urgence derrière un numéro unique. En l'occurrence, la fédération nationale des sapeurs-pompiers propose d'utiliser un numéro déjà existant, le 112, comme numéro unique.

L'idée, c'est de simplifier et surtout de rendre plus efficaces les appels d'urgence et leur prise en charge. Concrètement, derrière ce numéro unique, le 112, on trouverait une plateforme centrale, un seul lieu qui regrouperait tous les services d'urgence d'une même région : police, gendarmerie, pompier, Samu.

"Un 112 unifié peut permettre de mieux traiter les demandes". Mutualiser les moyens, ça ne coûterait pas plus cher, insiste Patrick Hertgen, vice-président de la Fédération nationale des pompiers. Et cela permettrait une prise en charge plus rapide des urgences : "quand vous faites un arrêt cardiaque, à chaque minute qui passe, vous perdez 10% de chances de survie ! Donc quand vous composez un numéro d’urgence et que vous attendez, à chaque fois qu’une minute passe, vous perdez 10% de chances de survie. Un 112 unifié peut permettre de mieux traiter les demandes, à partir du moment où ce sont différents services publics qui vont travailler au même endroit, ce qui permettra une meilleure coordination".

Ça marche dans d’autres pays. D'autres pays européens ont effectivement déjà adopté le 112 comme seul et unique numéro d'urgence. C'est le cas en Grande-Bretagne et en Espagne par exemple, avec des résultats probants de réduction des délais d'attente et de prise en charge. L’expérience prouve également que le numéro unique est particulièrement utile en période de crise, comme au cours d'un attentat, car il permet de mieux coordonner toutes les actions de secours.