Eric Coquerel (parti de gauche) : "le coup dur, ce serait que la loi Travail passe"

  • A
  • A
Partagez sur :

"Tout ce qui permet à cette loi de passer va dans le mauvais sens", estime sur Europe 1 Eric Coquerel. 

INTERVIEW

"Cette négociation a réussi", s'est félicité le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pépy, mardi sur Europe 1. Lundi soir, syndicats et direction ont trouvé un projet d'accord sur l'organisation du temps de travail au sein de l'entreprise ferroviaire, ouvrant la voie à une fin de la grève qui perturbe les transports depuis sept jours. S'il doit encore être voté par les organisations syndicales, cet accord "va dans le mauvais sens", estime mardi le coordinateur politique du parti de gauche et conseiller régional d'Île-de-France Eric Coquerel.

Ouverture à la concurrence. "Il ne faut pas oublier qu'on est dans le cadre de la libéralisation et de la mise en concurrence du service public du train", rappelle Eric Coquerel, ajoutant que l'accord trouvé est "une convention de l'entreprise SNCF" et pas une convention de branche, pour tout le secteur ferroviaire. "Dès lors que la concurrence sera ouverte, il y aura une pression extrêmement forte sur les salariés, pour dire 'vous voyez bien qu'à côté vos voisins produisent pour beaucoup moins cher'", prévient le coordinateur politique.

"Le mouvement continue". Pour le conseiller régional, "tout cela est très proche de la loi Travail, parce que l'on renvoie des conventions à l'entreprise, là où en réalité le rapport de force est moins bon, au lieu que domine la convention de branche". Une éventuelle fin de grève à la SNCF porterait-elle un coup d'arrêt à la mobilisation contre le texte de la ministre Myriam El Khomri ? "Il y a une grande manifestation le 14 juin, on verra bien quel est le rapport de force", juge Eric Coquerel. "Ce que je constate, c'est que ce mouvement pour l'instant continue, qu'il est appuyé par les Français qui considèrent que cette loi n'est pas légitime."

"Le coup dur ce serait que la loi passe", selon le coordinateur politique. "Tout ce qui va dans le sens que cette loi ne passe pas va dans le bon sens, tout ce qui permet à cette loi de passer va dans le mauvais sens."