Epidémie de méningite à Dijon, une campagne de vaccination "se prépare"

  • A
  • A
Epidémie de méningite à Dijon, une campagne de vaccination "se prépare"
@ AFP
Partagez sur :

La vaccination commencera le lendemain de la rentrée mercredi 4 janvier, ça sera gratuit mais pas obligatoire.

Entre octobre et décembre, trois cas d'infection invasive à méningocoque (IMM) sont survenus chez des étudiants de l'Université de Bourgogne-Franche-Comté, campus de Dijon." Les jeunes gens ont été atteint d'une méningite à méningocoque de type W135. Deux étudiantes sont décédées entre octobre et décembre. "L'état de santé du troisième évolue favorablement", a précisé l'Agence régionale de santé (ARS). Aucun autre cas n’a été pour l’instant signalé, muais une vaste opération de vaccination va être lancée.

Les proches ont déjà été vaccinés. Lundi dernier l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé qu’elle allait lancer une campagne de vaccination élargie. Les "cas-contacts", c'est à dire le cercle restreint autour des trois malades (une quarantaine de personnes), ont déjà été vaccinés mais pour protéger l’ensemble de la communauté étudiante dijonnaise, une campagne de vaccination exceptionnelle va être lancée la semaine prochaine et on est en train de tout organiser.

Vendredi en fin de journée, l'ARS va révéler sa stratégie pour cette campagne. La difficulté c'est qu'il faudrait vacciner tous les étudiants et le personnel de l'université, au total près de 30.00 personnes. "Pas besoin de désinfecter les locaux", disent les médecins. La vaccination est la meilleure protection.

La vaccination, "c’est quelque chose qui se réfléchit". Mais il va falloir procéder par étapes, et d'abord vacciner les personnes prioritaires, celles qui ont fréquenté le même bâtiment que les victimes décédées de la méningite, explique Carole Boiret, médecin à l'agence régionale de Santé : "nous réfléchissons pour pouvoir vacciner par étape, environ 1.000 personnes. C’est quelque chose qui se réfléchit et se prépare".

Un centre de vaccination sera créé sur le campus universitaire dans les jours qui viennent. Il faut maintenant trouver des médecins et infirmières disponibles, vérifier aussi les stocks de vaccins. La vaccination commencera le lendemain de la rentrée mercredi 4 janvier, ça sera gratuit mais pas obligatoire. Et cette campagne durera trois mois. Pendant ce temps les cours seront maintenus...