En Europe, une femme sur trois est victime de violences

  • A
  • A
En Europe, une femme sur trois est victime de violences
@ REUTERS
Partagez sur :

ÉTUDE - Tel est le résultat d'une enquête sans précédent menée par l'Agence européenne des droits fondamentaux.

Les chiffres. L'égalité homme-femme progresse en Europe, mais il reste encore du chemin à faire : une femme sur trois vivant dans l'UE a été victime de violences physiques ou sexuelles au moins une fois dans sa vie depuis l'âge de 15 ans, selon une étude publiée mercredi par l'Agence européenne des droits fondamentaux (FRA). Selon cette même étude, une femme sur 20 a été violée depuis l'âge de 15 ans.

Une enquête qui n'a rien du sondage à moitié sérieux mené auprès de moins de 1.000 personnes : l'étude se fonde sur les témoignages dans les 28 pays de l'UE de 42.000 femmes, âgées de 18 à 74 ans, recueillis lors d'entretiens individuels réalisés en tête à tête entre mars et septembre 2012.

05.03.Violence.femme.anonyme.anonymat.Reuters.930.620

© REUTERS

Plus de violences en Europe du Nord ? La proportion de femmes se disant avoir été agressées est plus élevé dans les pays de l'Europe du Nord : au Danemark, plus d'une femme sur deux (52%) dit avoir été victime de violence. Suivent ensuite la Finlande (47%), la Suède (46%) et les Pays-Bas (45%). A l'inverse, les pays du sud de l'Europe affichent des taux plus bas: 22% des femmes en Espagne, à Chypre et à Malte ont déclaré avoir été victimes dans leur vie de violence sexuelle ou physique.

Il ne faut pas pour autant en conclure que les pays latins sont plus respectueux de la femme, bien au contraire : l'égalité homme-femme étant plus poussée en Europe du Nord, les femmes y parlent bien plus librement et jugent inacceptable la moindre agression, là où les Européennes du Sud seraient plus enclines à garder le silence.

Un plaidoyer en faveur d'une convention européenne. L'Agence appelle les États membres de l'UE à ratifier la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence des femmes et la violence domestique, dite Convention d'Istanbul. A ce jour, seuls l'Autriche, l'Italie et le Portugal ont ratifié cette convention. Ces trois pays tirent leur épingle du jeu, notamment l'Autriche où 20% des femmes ont été victimes de violence sexuelle ou physique, deuxième taux le plus faible relevé par la FRA derrière la Pologne (19%).

&&&, à lire aussi

LA SOLUTION ? - Ce plan pour lutter contre les violences faites aux femmes

ZOOM - Harcèlement sexuel : où en est-on ?

A DOMICILE - Les tâches ménagères, un plaisir qui se partage encore mal