Emploi de ses filles : Bruno Le Roux a été auditionné par l'office anti-corruption

  • A
  • A
Emploi de ses filles : Bruno Le Roux a été auditionné par l'office anti-corruption
Bruno Le Roux a été entendu par l'Office central de lutte contre la corruption@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

Ses deux filles ont été employées par l'Assemblée nationale pendant le mandat de député de Bruno Le Roux dès leurs 15 ans et parfois en même temps que des stages ou des études.

L'ancien ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a été auditionné par l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) mardi, selon les informations du Parisien confirmée par Europe 1. Il a été interrogé sur les emplois controversés de ses deux filles à l'Assemblée nationale.

Des contrats pour 55.000 euros. Le 21 mars dernier, le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire suite aux révélations de l'émission de TMC Quotidien sur l'emploi des deux filles du ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux à l'Assemblée nationale. Bruno Le Roux aurait fait employer ses deux filles par l’Assemblée nationale, pendant ses mandats de député de Seine-Saint-Denis.

Aujourd'hui âgées de 23 et 20 ans, les deux jeunes filles avaient 15, 16 ans lors de leurs premiers contrats. Elles auraient effectué 14 et 10 CDD entre 2009 et 2016, dont certains comme assistantes parlementaires, pour un total de quelque 55.000 euros, soit des salaires allant de 1.500 à 3.000 euros par mois.

Des CDD en même temps que des stages.Des contrats qui ne sont pas illégaux mais qui recèlent des parts d'ombre. L'un de ces CDD aurait été effectué par l'aînée à l'été 2013, soit au même moment qu'un stage chez Yves Rocher à Tournai en Belgique, comme le souligne Quotidien, citant le CV en ligne de la jeune fille depuis supprimé.

Toujours selon les révélations de Quotidien, un autre contrat, cette fois au nom de la benjamine, est daté du 20 avril au 20 mai 2015, alors que l'intéressée est encore scolarisée en classe préparatoire, ne bénéficiant sur cette période que de deux semaines de vacances.