Effondrements à Marseille : #balancetontaudis, "pour que la honte change de camp"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le journal la Marseillaise a lancé un hashtag pour inciter les habitants à dénoncer les logements insalubres. Léo Purgette, membre de la rédaction en chef du journal, explique la démarche sur Europe 1.

INTERVIEW

Le drame de la rue d’Aubagne incite les Marseillais à se mobiliser contre le mal logement. Le journal La Marseillaise a lancé un hashtag sur les réseaux sociaux, #balancetontaudis, pour inciter les habitants à dénoncer les logements insalubres. Léo Purgette, membre de la rédaction en chef du journal, a expliqué cette démarche au micro de Matthieu Belliard.

"On a lancé ce hashtag pour inciter les habitants de Marseille, qui pour beaucoup sont confrontés à l’insalubrité, à témoigner et à pointer les logements dans lesquels ils vivent. Pour que la honte et la peur changent de camp", a déclaré le journaliste, jeudi soir sur Europe 1.

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Une situation d’urgence". "C’est une situation d’urgence. Je peux vous citer le cas d’une retraitée modeste, lectrice de La Marseillaise, qui vit dans un quartier du 5e arrondissement. Le mercredi qui a précédé le drame de la rue d’Aubagne, son plafond s’est effondré devant elle. Elle avait averti sur l’insalubrité et sollicité son syndic, qui est le même que la rue d’Aubagne. Elle aurait pu, elle aussi, finir sous les gravats", a assuré Léo Purgette.

"La Marseillaise dénonce depuis longtemps l’insalubrité et le mal logement, mais on le faisait de façon parcellaire. L’objectif de cette enquête est d’avoir une vision globale et qui parte du témoignage de nos lecteurs", a conclu le journaliste. L’effondrement de deux immeubles de la rue d’Aubagne, lundi dernier, a fait sept morts, cinq hommes et deux femmes.