Effondrement d'un balcon : le constructeur n'a "jamais eu à déplorer le moindre sinistre"

  • A
  • A
Effondrement d'un balcon : le constructeur n'a "jamais eu à déplorer le moindre sinistre"
L'effondrement du balcon a fait quatre morts et plus de dix blessés à Angers, samedi soir@ Matthieu Bock/Europe 1
Partagez sur :

L'entreprise Bonnel, qui a participé à la construction de l'immeuble dont un balcon s'est effondré, faisant quatre morts, samedi, a réagi dans un communiqué, lundi. 

Deux jours après l'effondrement d'un balcon qui a fait quatre morts et plus de dix blessés à Angers, samedi soir, les causes du drame restent indéterminées. Plusieurs hypothèses sont cependant évoquées, parmi lesquelles une malfaçon ou un défaut d'entretien. "Quand on est allé sur place, quand on a vu la scène, on ne peut que se poser des questions", a déclaré le maire d'Angers, dimanche. "S'il n'y a pas eu de malfaçons, comment comprendre qu'un tel drame ait pu se produire ?"

"Rigueur et sérieux". La société Bonnel, qui a participé à la construction de l'édifice, a réagi dans un communiqué transmis par son avocat au journal Ouest-France, lundi. Se disant "particulièrement" touchée par le drame, le constructeur assure que ses pensées "vont bien évidemment d'abord aux victimes et à leurs familles". L'entreprise souligne ensuite qu'elle "exerce son métier avec rigueur et sérieux depuis plusieurs dizaines d'années" et "n'a jamais eu à déplorer le moindre sinistre corporel". 

Une usure anormale ? Pour Me Pascal Rouiller, avocat de l'entreprise, contacté par Europe 1, les travaux d'entretien pour étanchéifier le balcon n'ont pas été effectués, c'est pour cela qu'année après année, les pluies ont très probablement rongées le métal et le béton de ce balcon situé au dernier étage de l'immeuble : "Nous n'avons jamais été sollicités pour l'entretien de l'immeuble, des travaux de maintenance ou des interventions car il y aurait eu des malfaçons détectées. Est-ce qu'il y a eu en revanche une usure anormale des balcons qui se sont effondrés? C'est évident. On voit des traces d'humidité, du béton complètement rouillé, du métal qui s'est désagrégé au fil du temps", explique-t-il mardi matin sur Europe 1. "Manifestement, il y a un problème dans l'entretien de ces balcons."