Échec des négociations : "Il n'y a pas de mot pour qualifier l'attitude de Lactalis"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'échec des négociations avec Lactalis a ravivé la colère des producteurs laitiers. Sur Europe 1, le président des Jeunes agriculteurs de Mayenne accuse le patron du géant du lait.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

"Je prends ça très, très mal. Je suis vraiment dégoûté". Au micro d'Europe 1 samedi, Jérémy Trémeau ne mâche pas ses mots. Pour le président des Jeunes agriculteurs (JA) de Mayenne, le nouvel échec des négociations entre Lactalis et les représentants des producteurs de lait, vendredi soir à Laval, est une énorme claque.

"Il n'a pas de cœur !". Si l'hypothèse d'une sortie de crise s'éloigne, c'est avant tout à cause du "jusqu'au-boutisme" du géant du lait, selon le jeune agriculteur. "Il n’y a pas de mots pour qualifier l’attitude de Lactalis et d’Emmanuel Besnier", le dirigeant de Lactalis, estime-t-il. "Il n’a aucun cœur ce mec-là ! Il s’engraisse sur le dos des éleveurs, il n’a même pas un semblant de cœur pour négocier", peste Jérémy Trémeau. "Au quotidien, on crève, on bosse comme des cons, on essaie d’élever nos familles. Franchement, là, je suis dégoûté".

"On ne va pas le lâcher !". Malgré l'échec des négociations, le président des JA de Mayenne refuse de baisser les armes. "S’il croit qu’il nous a tués, il se trompe", assure-t-il, furieux. "On va se refaire, on va changer de stratégie, on ne va pas le lâcher. Même si j’ai l’impression d’avoir pris un coup de poignard dans le dos, je peux vous garantir qu’on va gagner", promet Jérémy Trémeau, avant de s'adresser directement au patron de Lactalis : "Emmanuel, je te le dis : on arrive !"

L'objectif des négociations est de tenter de trouver une issue au conflit sur le prix qui oppose le géant du lait aux producteurs français qui travaillent actuellement à perte, leurs coûts de production étant plus élevés que le prix auquel leur lait est acheté par Lactalis.