Ebola : Air France maintient ses vols en Guinée, Sierra Leone et Nigeria

  • A
  • A
Ebola : Air France maintient ses vols en Guinée, Sierra Leone et Nigeria
@ PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN
Partagez sur :

Malgré les craintes de son personnel, la compagnie aérienne assure que tut est fait pour assurer la sécurité de ses clients et de ses employés.

L'INFO. Jeudi, le Front national demandait à Air France de suspendre ses vols vers les pays affectés par l'épidémie du virus Ebola pour "protéger les Français contre le risque de propagation". Certains membres du personnel de la compagnie ont eux aussi exprimé leurs réserves, mais la compagnie a annoncé samedi son intention de continuer à desservir les villes de Conakry (Guinée), Freetown (Sierra Leone) et Lagos (Nigeria).

>> A LIRE AUSSI - Ebola : le personnel d’Air France se rebelle

Plusieurs syndicats minoritaires ont encouragé ces derniers jours les personnels navigants à exercer leur droit de retrait vers ces trois destinations. "Les (personnels) d'Air France n'ont pas à mettre leur vie en péril pour suivre les intérêts commerciaux d'Air France et les intérêts diplomatiques du gouvernement français", écrit le dernier en date, Sud Aérien, dans un communiqué diffusé samedi.

>> LIRE AUSSI - Les traitements expérimentaux peuvent-ils être efficaces ?

Aucun vol annulé. Un porte-parole de la compagnie a déclaré qu'Air France mettait "tout en oeuvre pour assurer la santé et la sécurité de ses clients et de ses personnels" tout en respectant les souhaits de ses stewards et hôtesses. Ces derniers ne sont pas obligés de travailler sur les vols à destination de ces trois pays d'Afrique, a-t-il précisé, assurant que le minimum réglementaire de cinq personnes dans la composition des équipages était respecté et qu'aucun vol n'avait été annulé.

L'épidémie de fièvre Ebola a fait 1.427 morts sur 2.615 cas recensés, selon un dernier bilan établi vendredi par l'OMS. L'institution devrait présenter vers la fin de la semaine prochaine un plan pour une stratégie à l'échelle mondiale.

>> LIRE AUSSI - Gare aux prétendus "remèdes miracles"