Drôme : un village privé de son maire incarcéré en Italie

  • A
  • A
Drôme : un village privé de son maire incarcéré en Italie
La mairie de Pennes-le-Sec, dans la Drôme.@ Capture Google Street View
Partagez sur :

Le maire de Pennes-le-Sec, village de 26 habitants, a été condamné à trois mois de prison. Le conseil municipal s’est donc tenu sans lui mardi.

C’est un conseil municipal bien particulier qui s’est tenu mardi soir à Pennes-le-Sec, dans la Drôme. Depuis un mois, le maire de ce village de 26 habitants n’a plus donné signe de vie. Après avoir passé des vacances en Italie, Antoine Colangelo a été incarcéré pour ne pas avoir payé une facture dans un hôtel de luxe à Ravenne. Une affaire vieille de quatre ans mais que la justice italienne n’a pas oubliée. Le maire a été condamné à une peine de trois mois de prison. Et les habitants semblent bien désemparés par son absence.

Trois mois de prison pour une facture non-payée. Au départ, c’est bien l’inquiétude qui régnait auprès des habitants de Pennes-le-Sec, surpris de ne pas avoir de nouvelles de leur maire depuis plusieurs semaines, rapporte France 3. Puis la nouvelle est tombée : Antoine Colangelo a été condamné à trois mois de prison pour une affaire d’escroquerie au logement. Quatre ans auparavant, le maire avait pris la poudre d’escampette sans honorer sa facture salée dans un hôtel de Ravenne.

"On ne sait pas comment faire". Mais, à en croire les adjoints au maire, contactés par francetv info, ils n’entretiennent aucune rancœur contre l’élu, qu’ils attendent toutefois de pied ferme. En attendant, le premier adjoint a pris la relève, contraint de régler des dossiers urgents, comme le renouvellement des contrats des employés de mairie. "Il y a un employé communal et une secrétaire de mairie en formation, pour remplacer notre secrétaire de mairie qui part bientôt à la retraite. Et du coup, pour les renouveler, on ne sait pas comment faire, car c'est une prérogative du maire !", détaille Yohann Trélohan, le deuxième adjoint.

"Dans la continuité du mandat du maire". En attendant le retour du maire, les quatre élus ont voté à l'unanimité la suppression de ses indemnités pendant son absence, rapporte Le Dauphiné Libéré. Et l’adjoint ne compte pas pour autant profiter de l’absence du maire pour tout chambouler. "Nous sommes dans la continuité du mandat du maire. A priori, il n'y a pas lieu de faire de nouvelles élections et il faudra attendre le retour du maire pour connaître ses intentions et son éventuelle démission", rapporte la préfecture, interrogée par francetv info.