Douche, picots, plans inclinés... : la fondation Abbé Pierre se mobilise contre les dispositifs anti-SDF

  • A
  • A
Douche, picots, plans inclinés... : la fondation Abbé Pierre se mobilise contre les dispositifs anti-SDF
A Metz aussi, la Fondation Abbé Pierre s'est mobilisée. @ JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :

Mercredi, elle a lancé un hashtag afin de dénoncer et de répertorier les dispositifs anti-SDF qui se multiplient dans les villes françaises. 

Douche automatique, picots, plans inclinés : pour dénoncer les dispositifs urbains anti-SDF, la Fondation Abbé Pierre et Emmaüs Solidarité ont lancé le hashtag #soyonshumains et collé des affiches dans plusieurs lieux en France qui ont mis en place ce genre de mobilier pour empêcher les sans-abris de s'installer. Selon la fondation Abbé Pierre, le nombre de personnes sans domicile fixe a augmenté de 50% entre 2001 et 2012, et plus de 2.000 personnes meurent dans la rue chaque année en France.

Pour "le droit de se reposer". "Ce n'est pas parce qu'on n'a plus rien qu'on n'a pas le droit de se reposer, de se laver, d'aller aux toilettes", a déclaré Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé Pierre devant une agence de la banque LCL en plein cœur de Paris, où une soixantaine de bénévoles s'activaient à coller des affiches sur les murs et les fenêtres, scandant "Au lieu d'empêcher les SDF de dormir ici, offrons-leur un logement décent ailleurs". Devant cette banque, des picots empêchent quiconque de s'asseoir ou de s'allonger le long des fenêtres.

Deux autres lieux du très chic centre de la capitale ont été recouverts d'affiches : ici parce qu'une douche se déclenche dès qu'une personne sans badge franchit le porche d'un garage d'une copropriété, et là parce que des plans inclinés installés devant un bâtiment de la chambre du commerce et de l'industrie évitent aux passants de s'asseoir. A Metz également, des panneaux ont été collés sur des bancs, la devanture d'une banque, d'un magasin et d'un cinéma dès 7 heures par une quinzaine de militants de la Fondation. 

Un site et un hashtag. La fondation a lancé également un site internet, soyonshumains.fr, ainsi qu'un hashtag #soyonshumains, où chaque citoyen est appelé à photographier et poster des photos de dispositifs anti-SDF pour les répertorier.