Doit-on s'attendre à un été pourri ?

  • A
  • A
Doit-on s'attendre à un été pourri ?
@ CHRISTOPHE SIMON / AFP
Partagez sur :

Les pluies et les orages devraient perdurer toute la semaine dans l'Hexagone. Et après ?

A 22h34 GMT, nous serons officiellement en été. Officieusement par contre... Le beau temps tarde à pointer le bout de son nez. Lundi, le nord de la France ainsi qu'une grande partie de l'Ouest resteront sous la pluie, avec des températures maximale dépassant rarement les 18. La situation sera peu ou prou la même mardi, avec des températures maximales à peine plus élevées (17 en basse Normandie, 28 en Languedoc-Roussillon). A quoi faut-il s'attendre pour le reste de l'été ? Eléments de réponses.

Des orages et des pluies toute la semaine. Mercredi et jeudi, les pluies que connaissent le Nord, le Nord-Ouest et la région parisienne se transformeront même en orage. Vendredi, si ces régions devraient connaître un peu de répit, le Centre, l'Est et le Sud-Ouest de la France devraient être sous les averses et les éclairs. Quant à samedi, si la majorité de la France connaîtra des températures inférieures à 20 degrés, les orages se concentreront dans le Sud et le Sud-Est, puis seulement dans l'Est dimanche.

"Pour avoir du soleil, il faut que les pluies qui nous viennent de l'Atlantique soient bloquées par un anticyclone", explique Laurent Carbrol, spécialiste météo d'Europe 1. "Or, là, l'anticyclone reste bloqué au-dessus des Açores, d'où il est né. De temps en temps, il envoie un tentacule, ce qui explique pourquoi on peut partiellement avoir du beau temps. Mais le tentacule s'est replié. Là, il est positionné de telle sorte qu'il devrait nous emmener des vents du Sahara. Les températures devraient donc remonter mardi et mercredi, notamment dans le Sud où on aura 35 degrés. Mais comme il n'en fait qu'à sa tête, il va continuer de bouger et on aura encore des orages ", poursuit notre spécialiste.

Il n'y a aucun signe avant-coureur d'une été pourri ou d'un été radieux

Peut-on anticiper pour cet été ? Selon Météo France, il faudra attendre au moins mardi prochain avant que le soleil étende véritablement son emprise sur l'ensemble de la France. A part la Savoie, toute la France devrait alors échapper aux pluies, avec des maximales comprises entre 18 et 28. Pour le reste du mois de juin et le début de juillet, le prévisionniste anticipe un début d'été "sans chaleur excessive, parfois ponctuée d'épisodes pluvieux".  Pour le reste de l'été, il est quasiment impossible de faire des prévisions à long terme, même si Météo France croit déceler des indices (anticyclone, température de l'océan…) d'un été plus chaud et plus sec que la normale autour du bassin méditerranéen.

"Les pluies actuelles ne sont que des péripéties climatiques. Il n'y a aucun signe avant-coureur d'un été pourri ou d'un été radieux sur l'ensemble de la France", complète Laurent Cabrol". "La seule chose que l'on peut dire, c'est que ce mois de juin humide diminue le risque de canicule. L'atmosphère se rafraichit", poursuit le spécialiste. Qui conclut : "un anticyclone est le signe d'une pression atmosphérique très lourde. C'est comme si un éléphant était assis sur une chaise. On peut difficilement prévoir ses déplacements au-delà de cinq ou six jours. Or, pour que la chaleur et le soleil arrivent, il faut qu'il se déplace".  

Déjà la sécheresse dans le 13. Si une partie de la France est encore sous la pluie, dans les Bouches-du-Rhône, en revanche, c'est une toute autre affaire. Sur l'ensemble de l'année, le département connaît un fort déficit de pluie. Les averses de ces derniers jours n'ont pas atteint Marseille et ses environs, protégés notamment par les Pyrénées d'un côté et les Alpes de l'autre. La préfecture recommande déjà d'économiser l'eau au plus possible. A l'avenir, la sécheresse pourrait s'étendre à la Côte-d'Azur, à la Corse et peut-être même... à la Bretagne ! Les Bretons n'ont, en effet, pas vu beaucoup de pluie ces dernières semaines et il faudra surveiller les précipitations dans les jours à venir.