Diaconesses : "les femmes sont essentielles dans la vie de l'Eglise"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le pape François a ouvert la voie, jeudi, à l'ordination des femmes diacres. Cette politique marquerait un changement majeur dans l'Eglise.

Après les diacres, l'Eglise catholique va-t-elle ouvrir la voie aux diaconesses ? Le pape François s'est prononcé jeudi en faveur de l'ordination des femmes diacres. Elles pourraient remplacer les prêtres pour certains actes, comme les baptêmes. Invité d'Europe 1 vous répond vendredi, Jean-François Colosimo, historien des religions et directeur des éditions du Cerf, est revenu sur ce que pourrait changer cette petite révolution dans l'Eglise.

Quel rôle pour les diacres ? Dans l'Eglise, les diacres existent "depuis Saint-Paul et l'église primitive", explique l'historien. Au commencement, il s'agissait "d'hommes, mais aussi de femmes - Saint-Paul en parlait dans ses textes - chargés de servir la communauté et d’assister les apôtres dans leur ministère" , poursuit-il. Le statut de diacre avait cependant été remis goût du jour pour l'Eglise catholique et le diaconat est depuis réservé aux hommes. Aujourd’hui, les activités des diacres et celles des prêtes ne sont pas très différentes. "Le prêtre représente le Christ et administre les sacrements, tandis qu'un diacre fait tout ce que fait un prêtre à l'exception de la célébration de l’eucharistie et des confessions", détaille Jean-François Colosimo.

Les femmes "essentielles". Cette possible ouverture du diaconat aux femmes ne semble pas, pour autant, être la conséquence d'une crise des vocations. "Certes, les diacres hommes, en France, pallient la réduction du nombre de prêtres et notamment dans les endroits isolés et les campagnes", explique le directeur des éditions du Cerf, mais "dans le reste du monde et notamment en Amérique latine, il n'y a pas de problème de vocations", poursuit-il. "Il y a (plutôt) une rencontre avec une évidence, celle que les femmes sont essentielles dans la vie de l'Eglise", détaille-t-il.

En revanche, cette réflexion ne devrait pas ouvrir la voie aux femmes prêtes. Dans l'Eglise catholique, "c'est clairement exclu", conclut le spécialiste des religions.