Deux jours avant le hold-up, Musulin avait déposé une plainte

  • A
  • A
Deux jours avant le hold-up, Musulin avait déposé une plainte
Partagez sur :

Toni Musulin, suspect principal d'un hold-up et qui s'est volatilisé jeudi, reste traqué dans "toute la zone Schengen" et en Europe de l'Est.

Toni Musulin, qui s'est volatilisé jeudi avec le chargement du fourgon qu'il conduisait, avait porté plainte deux jours avant auprès d'un commissariat de la banlieue lyonnaise après l'incendie d'une camionnette qu'il comptait utiliser pour son hold-up, a rapporté France Info.

"Toni Musulin s'était présenté à notre agence. Il avait loué le 17 octobre un véhicule Kangoo (...) garé à côté de chez lui. La voiture voisine du véhicule a pris feu et elle a brûlé notre Kangoo", a déclaré mardi à la radio Dominique de Saint-Léger, un directeur de l'agence Cargo de Villeurbanne, dans le Rhône. Ce dernier a précisé que le convoyeur de fonds était revenu à l'agence de location en demandant le changement du véhicule par un autre Kangoo.

"Pour notre assurance, il serait absolument nécessaire que vous alliez déposer plainte auprès du commissariat de police. Chose qu'il a faite. Il est parti au commissariat de Villeurbanne", a ajouté Dominique Saint-Léger. "Mais la plainte n'était pas recevable puisqu'il lui manquait les papiers de la voiture. Il est revenu pour la quatrième fois dans notre agence (...) et il a pu déposer plainte auprès du commissariat", a-t-il encore dit.

Neuf des 11,6 millions d'euros volés dans un fourgon blindé jeudi à Lyon ont été retrouvés à Lyon. Toni Musulin, qui s'est volatilisé jeudi après le vol du fourgon, reste traqué dans "toute la zone Schengen" et en Europe de l'Est. Interpol a diffusé à la demande de la France une "notice bleue" à ses 185 pays membres, les invitant à transmettre des informations sur son identité et ses activités.