Détention de Salah Abdeslam : "il faut se rappeler des conditions de détention"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour le secrétaire général du syndicat des directeurs de prison, "il faut se rappeler des conditions dans lesquelles a été accueilli Salah Abdeslam".

INTERVIEW

Les conditions de détention de Salah Abdeslam sont-elles trop généreuses ? C'est la polémique déclenchée par le député Les Républicains Thierry Solère après sa visite à la prison de Fleury-Mérogis où est incarcéré le dernier membre vivant des commandos du 13 novembre. "On en est à un dispositif tel que même une cellule supplémentaire lui est allouée pour une salle de sport privée", résumait-il lundi au micro d'Europe 1. Invité d'Europe 1 lundi midi, Jimmy Delliste, directeur de la prison de Nanterre et secrétaire général du SNP FO Direction (syndicat des directeurs des services pénitentiaires) a rappelé que Salah Abdeslam était placé "dans un quartier d'isolement", et qu'il ne pouvait donc pas utiliser les équipements communs aux autres détenus. 

Des conditions de détention particulières. "Vu d'un œil extérieur, on peut comprendre que ça puisse interpeller et choquer", admet le directeur de la prison de Nanterre, mais "il faut se rappeler des conditions dans lesquelles a été accueilli Salah Abdeslam". "Il est placé dans un quartier d'isolement qui n'est pas simplement un quartier disciplinaire", explique-t-il. "Les personnes qui sont placées à l'isolement ont la faculté de pouvoir accéder aux mêmes choses que les autres personnes détenues comme la télévision ou la possibilité de faire un peu de sport dans des locaux qui sont aménagés dans les quartiers d'isolement", mais le niveau de sécurité autour de Salah Abdeslam ne permet pas une telle utilisation.

Des cellules vides autour. "En revanche, les conditions d'hébergement de Salah Abdeslam sont celles que nous connaissons. Des cellules ont notamment été vidées pour la sécurité de tout un chacun", explique Jimmy Delliste. "Dans la prise en charge de Salah Abdeslam je pense donc que l'administration pénitentiaire a fait le choix, puisqu'il y avait des cellules à côté et pour éviter qu'il se déplace dans une salle qui pourrait aussi être utilisée par d'autres personnes, de faire une petite salle où il peut faire du sport juste à côté de chez lui", précise-t-il.