Des centaines de viticulteurs manifestent à Narbonne pour "peser sur la présidentielle"

  • A
  • A
Des centaines de viticulteurs manifestent à Narbonne pour "peser sur la présidentielle"
Les exploitants français se plaignent également d'une baisse des prix.@ AFP
Partagez sur :

Les viticulteurs se plaignent notamment de la "concurrence déloyale" des vins espagnols et italiens.

Des centaines de viticulteurs manifestaient samedi à Narbonne pour "peser sur la campagne électorale" et dénoncer à nouveau la "concurrence déloyale" des vins espagnols et italiens. "Nous sommes venus jeter une grosse bouteille de vin dans la campagne électorale", a déclaré Frédéric Rouanet, président du syndicat des vignerons de l'Aude, premier de la filière en France, avec 4.000 adhérents revendiqués.

Les organisateurs avaient annoncé "des milliers" de manifestants mais ils n'étaient encore qu'environ 500 en début de manifestation, vers 15H00, venus de tout le Midi viticole, des Pyrénées-Orientales au Gard, en passant par l'Hérault. Le Languedoc produit le tiers du vin français et est la première terre viticole exportatrice de vins de l'Hexagone. Quelque 30.000 vignerons cultivent 246.000 ha.

"Nos caves sont pleines". "Nous ne voulons plus de vins d'importation", a réclamé Xavier Fabre, président du Syndicat des vignerons gardois. "Nos caves sont pleines. Il nous reste 25% de notre production à vendre et pourtant, des marques comme Leclerc vendent des vins espagnols, en faisant croire que c'est français", enrage le producteur.



Des locaux incendiés. Les vignerons, qui se plaignent également d'une nouvelle baisse des prix, s'estiment victimes d'un traitement inégal au sein de l'Union européenne. Les vins espagnols et italiens sont "par exemple exonérés de taxe foncière sur les terres agricoles, tout en bénéficiant de charges moins importantes sur leurs salariés", explique le syndicat des vignerons de l'Aude. Les riverains du Sud bénéficient également d'une règlementation plus laxiste sur le plan environnemental, accuse le syndicat, et sont favorisés par un étiquetage européen confus, qui peut les faire passer pour des vins français.

Vendredi soir, les locaux d'un négociant en vins, notamment espagnols, ont été incendiés à Béziers, dans l'Hérault voisin. L'action a été revendiquée par le Comité régional d'action viticole (CRAV), sorte de bras armé des viticulteurs du Midi.