Dépannage à domicile : la répression des fraudes dénonce la montée des pratiques agressives

  • A
  • A
Dépannage à domicile : la répression des fraudes dénonce la montée des pratiques agressives
Depuis avril dernier, les artisans intervenant au domicile des particuliers sont soumis à des obligations de protection des consommateurs.@ AFP
Partagez sur :

L'organisme public pointe du doigt des méthodes "de plus en plus agressives", des "montants de plus en plus importants" et des travaux "pas indispensables". 

Gare aux arnaques des dépanneurs à domicile, alerte la DGCCRF : l'organisme public pointe du doigt des méthodes "de plus en plus agressives", des "montants de plus en plus importants" et des travaux "pas indispensables".

Selon une étude publiée lundi par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, "le taux d'anomalie (du secteur des dépanneurs à domicile, ndlr) est en hausse en 2016 par rapport à 2015 (56% contre 53%) et justifie une action déterminée et répressive de (ses) services". Sur les 624 entreprises contrôlées (plombiers, chauffagistes, serruriers, installateurs thermiques, professionnels multi-services spécialisés en climatisation, en huisserie et vitrerie et en petits travaux de bâtiment), 56% étaient en infraction.

Un changement de serrure facturé 6.000 euros. Au total, 174 ont fait l'objet d'avertissements, 70 d'injonctions, 105 de procès-verbaux d'infraction pénale, 41 de procès-verbaux d'amende administrative et 104 de dossiers au contentieux, précise un communiqué de la DGCCRF. En guise d'exemple, l'organisme cite notamment un changement de serrure facturé 6.000 euros.

Abus de faiblesse et pressions psychologiques. De manière générale, note la DGCCRF, "certains dépanneurs se montrent agressifs et menaçants envers des clients qui contestent le prix", ajoutant que "des abus de faiblesse et des pressions psychologiques ont également été observés". En effet, les consommateurs sont particulièrement "vulnérables" en raison de l'urgence de leur situation. Enfin, ajoute l'enquête, des dépanneurs ne disposent souvent pas de la qualification professionnelle nécessaire pour l'exercice de certains corps de métier et ne sont pas inscrits au répertoire des métiers.

Depuis avril dernier, les artisans intervenant au domicile des particuliers sont soumis à des obligations de protection des consommateurs. Au total, l'arrêté couvre 21 activités de dépannage, parmi lesquelles la maçonnerie, la menuiserie, la serrurerie, la plomberie ou encore les travaux de peinture.