Déni de grossesse : un mystère médical

  • A
  • A
Partagez sur :

Le déni de grossesse, évoqué dans l'affaire Courjault, garde des zones d'ombre, y compris pour les médecins.

Au procès de Véronique Courjault, qui s'ouvre mardi à Tours, sera décrypté le déni de grossesse, pathologie mal expliquée par le corps médical.

Qui sont ces femmes qui ignorent, parfois jusqu'à l'accouchement, qu'elles sont enceintes ? Tous les âges, toutes les catégories sociales sont concernés. "Ca va de la femme pratiquement débile légère à celle qui a un doctorat, en incluant des psychologues, des infirmières...", témoigne Félix Navarro, président de l'Association française pour la reconnaissance du déni de grossesse. Certaines sont déjà mères. "Il y a parmi elles des femmes qui désirent un enfant", ajoute l'obstétricien Israël Nisand (CHU de Strasbourg). "Elles sont souvent dans l'incapacité de gérer quelque chose qui se passe dans la sphère sexuelle ou reproductive", explique-t-il. "Il y a toujours un contexte qui fait que la grossesse ne peut pas être parlée".

Pour ce spécialiste, "le déni est un symptôme. Il s'inscrit dans une pathologie psychique plus ou moins grave avec des causes et des modalités différentes". "Il ne suffit pas d'être enceinte pour attendre un enfant", souligne-t-il. "S'il n'y a pas de parole, il n'y a pas d'enfant, il y a de la tumeur humaine".

Le phénomène n'est pas exceptionnel. Au moins 1.600 femmes par an en France font un déni de grossesse, selon le Dr Navarro.

Comment une grossesse peut-elle passer inaperçue, y compris chez des femmes qui ne se cachent d'aucune manière ? "Une femme qui ne se sait pas enceinte lutte inconsciemment contre la déformation de sa silhouette en musclant sa sangle abdominale ce qui verticalise l'utérus qui, du coup, se développe vers le haut au lieu de se développer vers l'avant", explique le Pr Nisand. "Dès qu'on lui annonce qu'elle est enceinte, la grossesse devient visible", l'utérus rebascule vers l'avant.

Le phénomène n'est pas exceptionnel. Au moins 1.600 femmes par an en France font un déni de grossesse, selon le Dr Navarro.