Démantèlement d'un réseau de vol à l'étalage actif dans une vingtaine de départements

  • A
  • A
Démantèlement d'un réseau de vol à l'étalage actif dans une vingtaine de départements
Les gendarmes de de Dijon ont mené une enquête de plusieurs mois@ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Le chef du réseau recrutait des jeunes Roumains directement dans sa région d'origine puis les contraignait au vol.

Les gendarmes de Dijon ont démantelé après plusieurs mois d'enquête un réseau de malfaiteurs de nationalité roumaine spécialisé dans le vol à l'étalage dans les centres commerciaux d'une vingtaine de départements, a-t-on appris mercredi auprès de la gendarmerie.

Des magasins victimes dans 24 départements. C'est l'interpellation de deux jeunes ressortissants roumains à la suite d'un vol dans une enseigne de grande distribution en Saône-et-Loire en janvier qui a permis aux enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie de Dijon de mettre finalement au jour "une structure criminelle simple et discrète mais d'une redoutable efficacité", explique la gendarmerie dans un communiqué.

Au total, des magasins de 24 départements, de l'Alsace à l'Hérault et à l'Ille et Vilaine, ont été victimes de ces agissements et les enquêteurs ne sont pas certains que toutes les enseignes victimes aient porté plainte. Le préjudice porterait sur plusieurs centaines de milliers d'euros. La bande était spécialisée dans le vol à l'étalage de jeux vidéo et de lames de rasoir.

Des voleurs recrutés directement en Roumanie. À la tête du réseau, un Roumain d'une trentaine d'années recrutait dans sa région d'origine, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Bucarest, de jeunes compatriotes à qui il faisait miroiter des embauches en France. "Dès leur arrivée, ces jeunes gens se voyaient imposer des vols, en échange du gîte et du couvert, les récalcitrants faisant l'objet de fortes pressions", poursuit la gendarmerie.

Un réseau difficile à débusquer. L'éparpillement géographique des vols - de faible valeur unitaire - n'a pas facilité la saisine d'un parquet unique et d'une seule unité de police judiciaire. C'est finalement le parquet de Chalon-sur-Saône qui a ouvert une information pour "vol en bande organisée, recel de biens volés en bande organisée, association de malfaiteurs". Une cellule d'enquête "Vol étalage Grand Est" a également été formée.

Les gendarmes se sont également intéressés aux filières de recel. Un intermédiaire roumain domicilié en périphérie de Grenoble les a amenés à une entreprise de vente de jeux vidéo par internet dirigée par un jeune Français. Toute la gamme de jeux était fournie par des équipes itinérantes de voleurs.

Une tonne et demie de marchandise aurait été exportée. Les gendarmes indiquent avoir aussi identifié une employée lyonnaise d'une société de transport, qui, en échange de quelques billets, fermait les yeux sur les expéditions massives de colis vers la Roumanie. Environ une tonne et demie de marchandise aurait été ainsi exportée, notamment des centaines de kilos de lames de rasoir.