Déchu de la nationalité française : "Je vis avec une boule au ventre"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Condamné en 2007 pour "association de malfaiteurs" dans le cadre d'un dossier d'attaque terroriste, Fouad Charouali, franco-marocain, doit rendre ses papiers français la semaine prochaine.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Barbe de trois jours et traits tirés, Fouad Charouali ne comprend toujours pas. Ce Franco-Marocain de 40 ans a passé près de sept ans en détention pour "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte terroriste". On lui reproche d’avoir connu des hommes ayant participé aux attentats de Casablanca, en 2003, dans lesquels 45 personnes avaient trouvé la mort, dont trois Français et douze kamikazes. Fouad est sorti de prison en 2010 et travaille depuis en tant qu'électricien sur des gros chantiers de BTP. Il est convoqué à la préfecture, la semaine prochaine, pour rendre ses papiers français, comme l'avait annoncé Bernard Cazeneuve en octobre dernier.

"Je ne peux plus me projeter dans l'avenir". "Cette déchéance de nationalité, je la vis très très mal", confie-t-il au micro d'Europe 1. "C'est une mise à mort. Je ne peux plus me projeter dans l'avenir. Je vis avec une boule au ventre. Je me dis qu'on peut venir à n'importe quel moment."

Entendu sur Europe 1
Je ne suis nullement dangereux pour la France. J'ai payé ma dette à l'Etat

"J'ai purgé ma peine". Il réfute toute implication dans les attentats de Casablanca, mais surtout, estime avoir purgé sa peine. "Je ne suis nullement dangereux pour la France. J'ai purgé ma peine, j'ai payé ma dette à l'Etat", se défend-il. "Aujourd'hui, je travaille. Mes enfants vont à l'école, comme tous les enfants. J'ai quatre enfants, tous Français, tous nés en France, ma femme est française et tout à coup, cette déchéance me tombe dessus, cinq ans après. Je n'arrive toujours pas à comprendre."

Entendu sur Europe 1
La France, c'est ma nation, ma mère-patrie

La crainte d'être extradé. "Cette nationalité française, elle représente la liberté", continue-t-il. "La France, c'est ma nation, ma mère-patrie. C'est elle qui m'a porté, qui m'a vu en partie naître". Une fois ses papiers rendus, Fouad Charouali sera donc en situation irrégulière en France. Ce qu'il craint par-dessus tout, c’est d'être extradé vers le Maroc, où il n’a pas été depuis 20 ans, dit-il, et où il redoute d’être torturé et jugé une nouvelle fois.

Ecoutez son témoignage en intégralité : 


"Cette déchéance de nationalité, c'est une mise...par Europe1fr