Décès du juge Lambert : "peu de place au doute" sur la thèse du suicide

  • A
  • A
Décès du juge Lambert : "peu de place au doute" sur la thèse du suicide
Les premières constations laissent penser à un suicide @ AFP
Partagez sur :

Aucune trace d'effraction ou de lutte n'a été relevée dans l'appartement où le corps de l'ex-magistrat a été retrouvé avec un sac plastique noué sur la tête à l'aide d'un foulard.

Il y a "peu de place au doute" sur le fait que le décès de l'ex-juge Jean-Michel Lambert, premier juge à être chargé de l'instruction de l'affaire Grégory, retrouvé mort mardi soir à son domicile du Mans, soit un suicide, a déclaré à l'AFP mercredi une source proche de l'enquête. Selon cette même source une autopsie doit avoir lieu.

Aucune trace d'effraction ou de lutte. Le corps de l'ex-magistrat a été retrouvé dans son appartement du Mans, dans son bureau, avec un sac plastique noué sur la tête à l'aide d'un foulard, selon une source proche du dossier. Selon les premiers éléments de l'enquête, son corps a été découvert par une voisine alertée par l'épouse du magistrat qui n'avait plus de nouvelles depuis la veille. D'après les premières constatations, aucune trace d'effraction ou de lutte n'a été relevée dans son appartement. Aucune lettre n'a été retrouvée au domicile, selon une source proche du dossier.

"Le petit juge". Surnommé "le petit juge", Jean-Michel Lambert avait 32 ans lorsque le 16 octobre 1984, le cadavre du petit Grégory Villemin, quatre ans, avait été retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne. Le décès de l'ex-juge, à la retraite depuis 2014, mais hanté par l'affaire Grégory dont sa gestion a souvent été critiquée, intervient alors que l'enquête est relancée de plus belle depuis un mois.