Dealer découpé à la tronçonneuse : 25 et 15 ans pour les principaux accusés

  • A
  • A
Dealer découpé à la tronçonneuse : 25 et 15 ans pour les principaux accusés
Les jurés ont aussi retenu la circonstance aggravante d'avoir tenté d'incendier le corps. @ AFP
Partagez sur :

Les jurés ont aussi retenu la circonstance aggravante d'avoir tenté d'incendier le corps. 

Deux toxicomanes jugés depuis lundi par la Cour d'assises de Charente-Maritime à Saintes pour le meurtre et le découpage à la tronçonneuse du corps de leur dealer, en février 2014, ont été condamnés vendredi à 25 ans et 15 ans de réclusion.

Tentative d'incendie du corps. L'accusation avait requis 22 ans contre Julien Giraud, 31 ans, qui avait reconnu avoir tué la victime à coup de couteau, et découpé son corps à la tronçonneuse quelques jours plus tard. Les jurés ont aussi retenu la circonstance aggravante d'avoir tenté d'incendier le corps, et l'ont condamné à 25 ans, avec période de sûreté de la moitié. Contre son ami, Mathieu Brard, 34 ans, la cour a retenu la complicité d'assassinat, bien qu'il s'en soit défendu au long du procès. Il a été condamné à 15 ans de réclusion, en deçà des 18 ans requis, avec lui aussi une période de sûreté de la moitié.

"L'horreur le dispute à l'absurde". La victime, Bakari Touré, 29 ans, faisait régulièrement à l'époque le trajet entre l'Ille-et-Vilaine où il résidait, et la Charente-Maritime, pour vendre de la cocaïne. Pour la défense, Julien Giraud aurait très mal pris qu'un jour Bakari Touré fasse des avances - une tentative de viol, selon lui - à sa compagne, co-accusée. "C'est une affaire où l'horreur le dispute à l'absurde", a résumé dans son réquisitoire la vice-procureur Soraya Ahras, insistant sur la préméditation, refusant de croire à la thèse de l'expédition punitive, par jalousie ou pour délester le dealer de cocaïne, qui aurait dérapé.

"Service après-vente du crime". Pour Mathieu Brard, décrit au cours du procès comme "influençable", sous "emprise amicale" de Julien Giraud, elle avait relevé qu'"il dit être passif, mais (qu')il est présent à tous les stades de l'affaire", en particulier dans le "service après-vente du crime". L'ex-compagne de Julien Giraud, Jessica Labbé, ainsi qu'une autre connaissance, Armand Vicard, qui avaient aidé à déplacer le corps, ont été reconnus coupables de recel de cadavre, et condamnés à 24 mois de prison avec sursis, assortis de trois ans de mise à l'épreuve.