De nombreuses "anomalies" détectées dans des cosmétiques vendus en France

  • A
  • A
De nombreuses "anomalies" détectées dans des cosmétiques vendus en France
Plus de 500 produits mis sur le marché national ont été ainsi épinglés pour des étiquetages non conformes.@ FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :

Selon une enquête de la Répression des fraudes, des centaines de produits cosmétiques mis sur le marché présentent un mauvais étiquetage ou contiennent une composition dangereuse.

Défauts d'étiquetage, allégations ou compositions "non conformes" : la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a identifié de nombreuses "anomalies" dans son enquête 2016 sur les cosmétiques, selon un bilan publié vendredi. Sur près de 8.000 produits cosmétiques mis sur le marché national et contrôlés l'an dernier, la DGCCRF a détecté des anomalies dans 22% des cas, et 39% des établissements (producteurs ou importateurs) présentaient "au moins une anomalie", selon ce bilan publié sur son site Internet.

  • De mauvaises étiquettes. Plus de 500 produits mis sur le marché national ont été ainsi épinglés pour des étiquetages non conformes, principalement en raison de l'absence de mentions obligatoires comme la date de péremption, ou la non-utilisation de la langue française. Plus grave, certaines étiquettes ne comprenaient pas la liste des ingrédients ou de numéro de lot, ou ne mentionnaient pas la présence d'allergènes alors que les produits en contenaient. Une centaine de produits présentaient également des allégations fausses et "clairement trompeuses", comme "sans allergène", "sans parabène", "sans parfum", a encore relevé la DGCCRF.

  • Des compositions dangereuses. Près de 700 produits ont aussi fait l'objet d'une analyse en laboratoire. Les prélèvements ont révélé que 37% de ces produits avaient des compositions "non conformes", voire "dangereuses" pour 15% d'entre eux. "Les sociétés ayant mis sur le marché des produits dangereux ont généralement procédé à des retraits volontaires du marché mais, dans sept cas, des arrêtés préfectoraux ont dû prescrire un retrait-rappel avant destruction", a précisé la DGCCRF. Divers opérateurs, notamment des importateurs ou de très petits fabricants, souvent artisanaux, "méconnaissent encore l'étendue des obligations qui leur incombent, les considérant comme des formalités administratives lourdes", alors que ces manquements sont pourtant "préjudiciables" pour le consommateur, a encore souligné la DGCCRF.

Seulement 16 saisies. Son enquête a abouti à 377 avertissements, 188 mesures de police administrative, 79 procès-verbaux et 16 saisies. La DGCCRF prévoit par ailleurs d'engager un "renforcement de la communication sur la réglementation" notamment envers les PME-TPE du secteur. Les cosmétiques non-conformes sont un "vrai souci", souligne Patrick O'Quin, président de la fédération des entreprises de la beauté (Febea), mais ils ne concerneraient qu'une infime partie des volumes du secteur, sur environ 1 million de formules différentes autorisées dans l'Union européenne.