De Mont-de-Marsan à Dax, un bus va rouler au marc de raisin

  • A
  • A
De Mont-de-Marsan à Dax, un bus va rouler au marc de raisin
Le bus d'une soixantaine de places sera alimenté par du bioéthanol produit à partir de peaux et de pépins de raisin. @ Iroz Gaizka/AFP
Partagez sur :

Un bus alimenté par du biocarburant issu du marc de raisin circulera dès lundi sur les routes landaises, sur la ligne Mont-de-Marsan - Dax.

Il roule à l'alcool : un bus alimenté par du biocarburant issu du marc de raisin circulera dès lundi sur les routes landaises, sur la ligne Mont-de-Marsan - Dax, où il sera testé pendant un mois, ont annoncé vendredi ses promoteurs à Mont-de-Marsan.

Le bus d'une soixantaine de places, présenté à la presse, sera alimenté par du bioéthanol produit à partir de peaux et de pépins de raisin. Produit par la société Raisinor France, leader de l'huile de pépins de raisin basée à Coutras (Gironde), ce bioéthanol baptisé ED95 est 100% issu du raisin. "L'ED95 est issu des déchets vinicoles, et est reconnu pour ses performances environnementales", a affirmé Jérôme Budua, le directeur général de Raisinor France.

95% de dioxyde de carbone en moins. Selon la société girondine, qui a mené une batterie de tests depuis 2010 et obtenu l'homologation en France du produit en 2016, l'ED95 dégagerait 95% de dioxyde de carbone (Co2) en moins, et moitié moins d'oxyde d'azote qu'un carburant classique.

Un tarif intéressant. Autre avantage de ce produit biologique produit en circuit court, et non des moindres : son coût. "Nous garantissons un tarif de 0,85 euros par litre au moins sur les cinq prochaines années", a affirmé Jérôme Budua, en soulignant que dans le contexte de la hausse des prix des carburants, cet argument à de quoi séduire les collectivités gestionnaires des transports publics et les compagnies de transport.

"Un bus roulant au bioéthanol consomme de 10% à 60% de carburant en plus qu'un bus classique", a concédé Nicolas Cruchet, chef de région du constructeur Scania, qui met à disposition le bus pour les tests, "mais le coût de son carburant fait que ce type de véhicule reste très attractif pour les transporteurs".

Une phase de tests en conditions réelles. Dans les Landes, la phase de tests sera menée en conditions réelles, le bus roulant environ 350 km par jour. Elle permettra à la Région d'orienter ses choix en matière de transports propres. "Notre objectif est de 'verdir' la flotte des bus de la Région", a expliqué Renaud Lagrave, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge des transports.

"Cet essai nous permettra d'étudier la consommation du bus et ses divers coûts d'entretien et de fonctionnement", a détaillé Alain Cazeneuve, directeur général de la SPL Trans-Landes, à la tête d'une flotte de près de 250 véhicules qui feront l'objet d'un plan de renouvellement en 2020.

Pas de distribution en station-service. Seule ombre au tableau, l'ED95 est pour le moment réservé uniquement aux entreprises de transport possédant leur propre cuve de carburant, en raison des capacités de production - 25.000 à 30.000 m3 par an - soit de quoi alimenter 1.500 à 2.000 véhicules. Il n'est donc pas prévu pour le moment de distribution en station-service.