Dans la rue pour défendre le statut de La Poste

  • A
  • A
Dans la rue pour défendre le statut de La Poste
Partagez sur :

Plusieurs actions locales ont eu lieu ce samedi dans toute la France à l'appel du Comité national contre la privatisation de La Poste.

Malgré l’échec relatif de la journée de mobilisation de mardi dernier contre le changement de statut de La Poste, les syndicats ne désarment pas. Plusieurs centaines de personnes, un millier selon les syndicats, 500 pour la police, ont ainsi manifesté samedi à Paris pour exprimer une nouvelle fois leur refus d'un changement de statut de La Poste et assurer qu'ils "iront jusqu'au bout" contre le projet de loi.

A l'appel du comité contre la privatisation de la Poste, qui rassemble une soixantaine de syndicats, partis de gauche et associations, les manifestants se sont rassemblés devant La Poste centrale du Louvre, avant de défiler jusqu'à l'hôtel de ville de Paris, aux cris de "privatisation non non, non, service public, oui, oui, oui".

Des actions décentralisées étaient prévues dans toute la France. "Il y a une centaine de manifestations, sur 35 à 40 départements", a expliqué Nicolas Galépidès, porte-parole du comité. Razzi Hammadi (PS) a recensé aussi "entre 700 et 1.000 initiatives variées", comme des lâchers de ballons, des rencontres avec les élus, etc. "Aujourd'hui, c'est une journée pour dire nous sommes toujours là, nous ne lâchons pas", a-t-il expliqué, rappelant qu'un nouveau "rassemblement citoyen" est prévu le 13 décembre à Paris.

Le "combat à l'Assemblée nationale s'annonce des plus âpres. Sur cette affaire, nous irons jusqu'au conseil constitutionnel", a-t-il affirmé. "Nous ferons de La Poste une question centrale des élections régionales", a-t-il ajouté. Pour Annick Coupé (Solidaires), "la lutte contre la privatisation est toujours d'actualité. On ira jusqu'au bout", a-t-elle assuré, même si la dernière journée d'action, mardi, qui a mobilisé 22,2% de grévistes selon la direction et 40% selon les syndicats, "n'était pas à la hauteur de ce que les organisations syndicales attendaient".

Le projet de loi de réforme de La Poste a été adopté le 9 novembre dernier par le Sénat. Il doit être débattu à l’Assemblée nationale dans le courant du mois de décembre.