Dammartin : les salariés d'Aldi ne seront pas lésés

  • A
  • A
Dammartin : les salariés d'Aldi ne seront pas lésés
@ AFP
Partagez sur :

MARCHE ARRIÈRE - L'entreprise Aldi Marché a démenti les informations du Parisien qui affirmait que les salariés devraient rattraper les heures perdues lors de l'assaut à Dammartin. 

C'est une histoire qui en a étonné, voire scandalisé, plus d'un. Le Parisien révèle dans son édition de mardi que les salariés d'une entreprise installée à Dammartin-en-Goële se sont vu décompter des heures de travail non effectuées le vendredi 9 janvier. Et pour cause : ils avaient été évacués après la neutralisation des frères Kouachi.

MISE A JOUR - La direction d'Aldi a démenti dans un communiqué les informations du Parisien qui seraient "erronées". La direction explique "qu'aucune perte de salaire n'affectera les salariés" et "qu'aucune heure ne sera à récupérer, que les salariés aient été présents ou non le 9 janvier". 

>> LIRE AUSSI - Dammartin-en-Goële : les coulisses de l'assaut du GIGN

Une journée écourtée de trente minutes à une heure et demi. L'entreprise Aldi Marché, qui approvisionne des magasins en Ile-de-France, a ses bureaux et son entrepôt logistique tout près de l'imprimerie CDT où se sont retranchés les frères Kouachi, vendredi 9 janvier. Les salariés ont été confinés à l'intérieur jusqu'à leur évacuation, une demi-heure avant l'assaut.

Ils sont donc plusieurs à ne pas avoir effectué leur sept heures de travail quotidiennes. Certains ont manqué trente minutes de travail, d'autres une heure et demi. Mais ces heures seront bien décomptées de leur temps de travail et devront donc être rattrapées.

>> LIRE AUSSI - A Dammartin, l'assaut contre les frères Kouachi 

"Je suis scandalisée". La déléguée du personnel CFTC, Laurence Moissard, ne décolère pas. Elle a expliqué au Parisien "être scandalisée": "on quitte les lieux par mesure de sécurité et on nous retire le temps en dessous des sept heures !" Elle raconte aussi que quatre salariés, qui n'ont pas pu rejoindre leur lieu de travail du fait des barrages routiers, ont vu leur sept heures de travail retirées. 

La direction assume. Contacté par Le Parisien, Bertrand Combot, le gérant d'Aldi Marché, assume : "A notre connaissance, seules quatre personnes sur la centaine de salariés que compte notre établissement ont rencontré des difficultés de circulation pour se rendre à Dammartin, du fait des nombreux barrages. Ces salariés qui sont rentrés chez eux récupéreront ces heures à leur convenance dans le cadre de leurs horaires variables". Il précise aussi qu'"aucune réduction de salaire n'est envisagée".