Crise du lait : les producteurs engagent une épreuve de force

  • A
  • A
Crise du lait : les producteurs engagent une épreuve de force
Partagez sur :

Les producteurs français vont lancer cette semaine une série de manifestations avec en point d'orgue une journée de mobilisation nationale mardi pour dénoncer la chute du prix du lait mais aussi la politique des pouvoirs publics qu'ils rendent responsables de la crise.

La fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), émanation de la FNSEA, premier syndicat agricole français, appelle mardi à des rassemblements devant les préfectures. Mais les producteurs, qui ont multiplié ces derniers jours les blocages de laiteriesdans l'Ouest, lanceront dès lundi des actions "ciblées", notamment contre le groupe fromager Bongrain, à Viroflay, dans la région parisienne.

"Je comprends et je soutiens la révolte des producteurs", a déclaré Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA. La baisse de 30% du prix du lait collecté en avril est une "provocation" et a été "imposée" sans "véritables négociations", dénonce-t-il.

La Confédération paysanne, deuxième syndicat agricole français, ne se joindra pas à la FNPL mais appelle les producteurs du Grand Ouest à se réunir à Rennes le 25 mai.

Les éleveurs français s'insurgent contre la baisse du prix du lait, qui devrait avoisiner les 210 euros les 1.000 litres, "un niveau jamais atteint par le passé", y compris en 2006 qui avait été une très mauvaise année, selon la FNPL. Et ce prix est "très largement" inférieur aux coûts de production, alors que les charges se sont envolées suite à la hausse des cours du pétrole il y a un an.

Industriels et coopératives justifient de leur côté cette dégringolade par une consommation atone et la "descente aux enfers" des cours mondiaux des produits industriels (beurre et poudre de lait).

Des producteurs laitiers se sont introduits samedi dans une école de pompiers près de Vire et en en bloqué momentanément les accès, perturbant ainsi la visite de Michèle Alliot-Marie. Après le départ de la ministre de l'intérieur, 400 éleveurs se sont dispersés dans le centre de la ville avec une centaine de tracteurs. Ils ont déversé un camion de lait devant la sous-préfecture.