Crise agricole : "Il faut commencer par déculpabiliser les agriculteurs"

  • A
  • A
Partagez sur :

La Chambre d'agriculture du Cher a mis en place un numéro d'urgence pour venir en aide aux agriculteurs touchés par la crise et l'isolement.

Céréaliers, maraîchers, éleveurs laitiers : les agriculteurs de tous les secteurs sont touchés par la crise. Les intempéries de ces dernières semaines ont eu une effet désastreux sur les rendements, au point que de nombreux agriculteurs sont contraints de vendre à perte. Dans le Cher, certains céréaliers, très présents dans la région, ont perdu plus de 50% de leur chiffre d'affaires cet été. La Chambre d'agriculture du département a mis en place il y a quelques jours un numéro d'urgence pour venir en aide aux agriculteurs en détresse et les sortir de leur isolement. 

Des agriculteurs "perdus" et en colère. "Il y a des gens perdus, qui ne comprennent pas ce qu'il leur arrive. C'est un vrai choc, ils ne savent plus comment s'orienter", explique le président de la Chambre au micro d'Europe 1 mercredi. Une petite équipe de six personnes se relaie tous les jours jours pour réconforter et aiguiller les agriculteurs. "Il y a des gens plutôt en colère, vis-à-vis de certains organismes et de la politique agricole", poursuit Étienne Gangneron, qui veut inciter les éleveurs à demander de l'aide en cas de difficultés.

Un sentiment de honte. "Il y a une espèce de pudeur. C'est très difficile car c'est vécu comme un échec, qu'ils ont tendance à intérioriser, en se disant 'j'ai foutu en l'air le travail de plusieurs générations, je n'ai pas de revenus, pas de trésoreries, que des dettes…' Il faut commencer par déculpabiliser les agriculteurs", explique le président de la Chambre. La cellule reçoit deux appels par jour en moyenne depuis son ouverture. Mais elle s'attend à davantage d'activité dans les semaines à venir. Les moissons de l'été sont terminées et elles sont les plus mauvaises depuis presque 60 ans…