Crash de la compagnie Yemenia : 30 millions d'euros pour les familles

  • A
  • A
Crash de la compagnie Yemenia : 30 millions d'euros pour les familles
@ AFP
Partagez sur :

La compagnie yéménite a été condamnée jeudi, à Aix-en-Provence, à verser des dommages et intérêts à plus de 500 ayants droit des victimes.

Les familles de victimes auront attendu six ans après le drame. Le tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence a condamné jeudi la compagnie aérienne Yemenia à verser un montant global de plus de 30 millions d'euros de dommages et intérêts à plus de 500 ayants droit de 70 des 152 victimes d'un crash survenu en 2009.

>> LIRE AUSSI - Crash des Comores : Yemenia Airways mise en examen

Les faits. Le 30 juin 2009, l'Airbus A310 parti de Sanaa au Yémen et qui transportait de nombreux voyageurs français en correspondance d'un vol arrivé de Paris via Marseille, s'était abîmé en mer au large des Comores. Sur les 153 personnes à bord, seule une adolescente, Bahia Bakari, avait survécu, accrochée durant onze heures à un débris de l'appareil. Contrairement aux affirmations de la compagnie, elle avait assuré avoir entendu des appels au secours au moment du drame.

>> LIRE AUSSI - Le crash de la Yemenia, "un mauvais cauchemar"

Une condamnation pour contraindre la compagnie. En septembre 2014, lors d'une audience de la 3e chambre civile du TGI d'Aix-en-Provence, environ 800 proches de passagers décédés avaient réclamé plus de 70 millions d'euros à la compagnie yéménite. Leurs avocats avaient déploré le fait d’avoir à saisir la justice alors que l'indemnisation des victimes de catastrophes aériennes s'effectue habituellement par transaction.

>> LIRE AUSSI - Yemenia : les proches en colère

Les demandes de dommages et intérêts s'échelonnaient de quelques milliers d'euros à 1,2 million d'euros. Elles visaient, selon les avocats, à "une indemnisation juste, équitable, marquée du sceau de la réparation intégrale". Selon une expertise judiciaire, les pilotes auraient perdu le contrôle de l'avion.

Certains préjudices contestés par la Yemenia. Mise en examen le 15 novembre 2013 pour homicides involontaires au tribunal de grande instance de Bobigny, la compagnie contestait l'indemnisation de certains postes de préjudice, telle que l'angoisse des passagers. L’entreprise soutenait alors que les personnes étaient mortes instantanément.    

>> LIRE AUSSI - Yemenia : demandes de provisions d'indemnisation

Estimant qu'il n'existait pas de préjudice particulier en cas de crash aérien, Yemenia avait demandé au tribunal de réduire sensiblement les prétentions financières des ayants droit, notamment celles au bénéfice de collatéraux  - oncles, tantes, neveux et nièces - "qui ne démontrent pas un lien spécifique d'affection". Les associations de victimes avaient mis l'accent sur la structure familiale comorienne élargie, certaines familles ayant été "décimées".