Crash de l'hélicoptère : plusieurs hypothèses

  • A
  • A
Crash de l'hélicoptère : plusieurs hypothèses
Partagez sur :

A l'origine du crash qui a fait 7 morts : un problème météorologique, un problème mécanique ou une faute de pilotage ?

Un hélicoptère qui effectuait un baptême de l'air en provenance du parc d'attraction Walibi en Isère, s'est écrasé samedi vers 19 heures dans une zone escarpée et inhabitée du mont Cordon, sur la commune de Brégnier-Cordon, dans l'Ain. Les victimes sont le pilote de la compagnie aérienne Azur Helicoptere et six employés du parc d'attractions en congés.

"Un témoin a donné l'alerte. Il a vu cet hélicoptère bleu et blanc voler à basse altitude avant de le perdre de vue, puis a entendu une détonation et senti une forte odeur de kérosène", a indiqué le capitaine Frédéric Bertin, officier au Centre Opérationnel Départemental d'Incendie et de Secours (CODIS) de l'Ain. Un autre témoin aurait vu l'appareil faire demi-tour.

L'hélicoptère de la société Azur Helicoptere qui s'est écrasé était un appareil "révisé" et les conditions météorologiques étaient "bonnes" au moment de l'accident, a indiqué dimanche la compagnie aérienne. "Le pilote n'était pas fatigué quand l'accident est survenu", a souligné Michel de Rohozinski, patron de la société Azur Hélicoptère.

"C'est un jeune pilote très courageux, pour qui j'avais une affection particulière", a déclaré Michel de Rohozinski au micro Europe 1 de Nicolas Chauvin :



Dominique Bussereau , secrétaire d'Etat aux Transports, s'est rendu sur place dimanche matin. "En France, a-t-il déclaré à la mairie de Brégnier-Cordon, rares sont les accidents d'hélicoptères. C'est le plus grave accident de ce type depuis dix ans" :



Dans la ville des Avenières, où travaillaient les six passagers de l'hélicoptère, l'heure est au deuil. La fête de la musique y a été annulé dimanche soir. "On est dans un état de profonde tristesse", a déclaré le maire de la ville au micro de Jean-Luc Boujon :



Deux enquêtes parallèles ont été ouvertes. L'une judiciaire, l'autre, de la gendarmerie des transports aériens de Lyon-Saint-Exupéry. Elles devront établir pourquoi l'appareil a perdu de l'altitude.Trois hypothèses sont envisagées : un problème météorologique - comme un coup de vent violent -, un problème mécanique - panne de moteur ou autre - ou une faute de pilotage.