Crash de l’A310 : les familles entre tristesse et colère

  • A
  • A
Crash de l’A310 : les familles entre tristesse et colère
Partagez sur :

Les proches des passagers du vol de Yemenia qui s’est crashé au large des Comores accusent notamment la compagnie aérienne.

A bord du vol de Yemenia qui a disparu mardi matin au large des Comores, se trouvaient 153 personnesdont 66 Français. Leurs proches ont été accueillis dans des cellules d’aide psychologique à Paris-Roissy et à Marseille-Marignane, les aéroports de départ du vol. Des familles partagées entre immense tristesse et grande colère.

La tension n’a cessé de monter tout au long de la journée à Marseille notamment, où vit une très importante communauté comorienne. Ecoutez le reportage de Yann Terrou :



A Marseille, la liste de passagers à bord de l’avion n’a été lue que vers 15 heures alors que les familles attendaient parfois depuis le début de la journée. Une brève échauffourée a été provoquée par des jeunes furieux contre la compagnie aérienne Yemenia, dont le comptoir était fermé à l'aéroport. "Chez Yemenia, ils entassent les êtres humains comme du bétail, sur les vols comme celui qui s'est crashé", a dénoncé Zeina, dont la tante et le beau-frère étaient dans l'avion. "Cet accident, c'était prévisible", a renchéri Arafa, qui avait un ami et le mari de sa cousine dans le vol.

La principale revendication des familles est désormais d’avoir les moyens de se rendre le plus rapidement possible aux Comores. Certaines menacent par ailleurs de porter plainte contre Yemenia.

A La Courneuve mardi, la prière du soir a été dite en l'honneur des victimes aux Comores. Nicolas Sarkozy a fait savoir qu’il assisterait jeudi en fin d'après-midi à la mosquée de Paris à une cérémonie interreligieuse en hommage aux victimes. Deux autres cérémonies religieuses sont programmées : la messe de jeudi en la cathédrale Notre-Dame de Paris sera dite à la mémoire des victimes, tandis qu'à la Mosquée de Paris la prière de l'Absent sera dite vendredi.

Le Parquet de Bobigny a mis en place mardi un numéro national pour permettre aux familles des victimes de bénéficier d'une aide psychologique et juridique : le 08.842.846.37.