Couples homosexuels : Morano persiste

  • A
  • A
Couples homosexuels : Morano persiste
Partagez sur :

La secrétaire d'Etat à la famille veut confier à des couples homosexuels l'autorité parentale, soutenue "par Matignon [et] l'Elysée".

"Si un enfant est élevé par deux adultes de même sexe et qu’il y a accord pour partager l’autorité parentale, […] on devrait permettre [la signature] d’une convention, homologuée par le juge." Nadine Morano a réaffirmé, lundi sur Europe 1, que le projet de loi sur le statut des beaux-parents devra examiner la question d’un transfert de l’autorité parentale aux couples homosexuels.

La secrétaire d’Etat à la famille reprend ainsi les termes qu’elle avait choisis dans un avant-projet de loi, dévoilé en mars dernier, mais qui a été singulièrement écorné par un parlementaire UMP, dans un rapport rendu mercredi dernier au premier ministre. Le député Jean Leonetti y recommande notamment de revenir aux termes "père" et "mère", en lieu et place de l'expression "parent", proposée par l’avant-projet de loi, et qui prenait en compte, de fait, les familles homoparentales (lire le rapport au format PDF).

Nadine Morano l’affirme : ce rapport parlementaire "ne dénature en rien" le texte proposé par son cabinet. "La discussion, de toute manière, aura lieu", promet la secrétaire d’Etat.

"Matignon [et] l’Elysée" ont validé "l’avant-projet de loi", insiste la secrétaire d’Etat à la famille, selon laquelle la ligne directrice de ce projet, traduction d’une promesse de campagne du candidat à la présidentielle Nicolas Sarkozy, est "d’agir dans l’intérêt de l’enfant".

Lors de la présentation du texte, en mars dernier, Christine Boutin, alors ministre du Logement, s’était violemment opposée aux propositions de Nadine Morano. "L'enfant, pour se structurer a besoin d'un papa et d'une maman", affirmait alors Christine Boutin, jugeant que"le fait de reconnaître le statut du beau-parent risque de mener à la reconnaissance objective de l'homoparentalité et de l'adoption par les couples homosexuels."