Corse : deux pompiers volontaires écroués

  • A
  • A
Corse : deux pompiers volontaires écroués
Partagez sur :

Les deux hommes auraient mis le feu pour toucher une plus grande rémunération.

Deux jeunes pompiers volontairesont été mis en examen mercredi à Ajaccio pour "destructions volontaires par incendies" et "association de malfaiteurs" et incarcérés, a-t-on appris de source judiciaire. Ces crimes sont passibles de la cour d'assises et la peine maximale encourue est de quinze ans de réclusion criminelle.

Les deux hommes, âgés de 22 et 25 ans, ont reconnu les faits et expliqué leurs motivations. "Leur geste (des mises à feu réalisées les 8 et 14 juillet) semble avoir une motivation financière, les interventions effectuées de nuit voyant leur rémunération majorée", a précisé mercredi le procureur Paul Michel. Ils avaient été suspendus mardi par leur hiérarchie "à titre conservatoire".

Au total, huit incendiaires présumés ont été arrêtés dans les deux départements corses en un peu plus d'une semaine. Deux d'entre eux ont été condamnés lundi pour "destructions volontaires par incendies" par le tribunal correctionnel de Bastia. Le premier, un éleveur âgé de 21 ans a été condamné à deux ans de prison ferme. Il procédait aux mises à feu près de Rapale, en Haute-Corse, tandis que son complice, âgé de 24 ans, conduisait la voiture. Ce dernier a écopé de huit mois ferme. Leur peine a été assortie d'une mise à l'épreuve de trois ans, d'une obligation d'indemniser leurs victimes et d'une interdiction de se rendre sur les lieux où ils ont opéré.

Samedi, un autre incendiaire présumé avait été placé en garde à vue. Il est suspecté d’être à l’origine d’un feu sur la commune d'Evisa en Corse-du-Sud. Deux autres personnes ont aussi été interpellées mais l'une a été relâchée, n'ayant pas toute sa raison, et placée en hôpital psychiatrique.

Des contrôles d'identité et des fouilles de coffres de voitures destinés à retrouver des produits inflammables ou des dispositifs de mise à feu sont décidés ponctuellement, en fonction des circonstances de temps et de lieu à l'initiative des procureurs, avait expliqué lundi le parquet.

> La situation s'améliore en Corse-du-Sud