Contenus haineux sur Internet : six associations lèvent leur procédure contre Twitter et Facebook

  • A
  • A
Contenus haineux sur Internet : six associations lèvent leur procédure contre Twitter et Facebook
Facebook, Twitter et Youtube se sont largement améliorés dans la suppression des contenus à caractère haineux@ LEON NEAL / AFP
Partagez sur :

Face aux "progrès indéniables" de Facebook, Twitter et Youtube dans la modération des contenus haineux, les associations ont suspendu leur procédure de référé.

Six associations, qui assignaient en justice Twitter pour non-respect de ses obligations de modération, ont levé leurs poursuites après que le réseau social a réalisé des progrès "indéniables" dans le traitement des discours haineux en ligne, a annoncé mardi l'un de leurs avocats.

Des procédures "suspendues". Cette même procédure, qui était également lancée contre Youtube et Facebook, a été "suspendue" le temps de "discussions" avec ces deux entreprises, "aux fins d'améliorations", a déclaré Me Michaël Ghnassia, l'avocat de SOS Racisme. "C'était un référé, que nous pouvons réengager à tout moment", a-t-il néanmoins prévenu.

SOS Racisme et l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) avaient assigné en mai les trois réseaux sociaux après avoir soumis leurs services du 31 mars au 10 mai 2016 à un "testing de masse", auquel SOS Homophobie avait participé. 586 contenus "racistes, antisémites, négationnistes, homophobes, faisant l'apologie du terrorisme ou de crimes contre l'humanité" avaient alors été signalés aux trois réseaux sociaux. Mais seuls 4% des contenus avaient été supprimés sur Twitter, 7% sur Youtube et 34% sur Facebook.

"Des progrès indéniables". Durant une année de négociations avec Twitter, qui a rendu plus "accessibles" les signalements pour les internautes et a amélioré leur traitement en interne, trois nouvelles opérations de testing ont été effectuées. La dernière a fait état de "75 à 80% de retraits dans les 24 heures" des contenus désignés, s'est félicité Me Ghnassia, soulignant des "progrès indéniables".

Le taux de suppression des contenus haineux s'est "très significativement amélioré", a observé dans un communiqué la Licra, qui s'était associée à la procédure avec SOS Homophobie, le Mrap et l'association J'accuse. "En prenant acte, les associations ont décidé de mettre fin à l'instance qu'elles avaient engagée contre l'hébergeur plus d'un an auparavant".