Conseil juridique, dons en nature et loi "Coluche", 10 choses que vous ignorez sur les Restos du Coeur

  • A
  • A
Conseil juridique, dons en nature et loi "Coluche", 10 choses que vous ignorez sur les Restos du Coeur
@ PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :

Les Restos du Coeur lancent mardi leur 32ème campagne hivernale pour distribuer des repas, mais aussi faire du soutien scolaire ou encore accompagner l'accès à Internet.

Lors de la campagne 2015-2016, les Restos du Coeur ont accueilli 926.000 personnes et servi 132 millions de repas. C'est cette action de distribution alimentaire qui est la plus connue du grand public. Mais l'implication des "Relais du Coeur" dans la lutte contre la pauvreté et l'exclusion est bien plus vaste. Les bénévoles font aussi du soutien scolaire, du conseil juridique et peuvent même recevoir des dons en chèques-vacances. 

Des dons en titre-restaurant, chèque-cadeau ou chèque-vacances. 100% du montant du chèque est utilisé pour des missions sociales. Lors de la campagne précédente, la collecte de titres-restaurant à permis de distribuer 195.000 repas. En revanche, cette forme de don ne donne pas droit à l'émission d'un reçu fiscal. Le donateur ne pourra donc pas bénéficier d'une réduction d'impôts. 

L'essentiel des fonds provient de la générosité des particuliers. Les recettes liées aux concerts des Enfoirés ne représentent que 11,1% des fonds des Restos du Coeur alors que 46,3% proviennent de dons, legs et autres libéralités. La générosité des Français a d'ailleurs encore progressé en 2015, avec une augmentation de 4% des dons aux associations, révèle lundi le baromètre de la générosité du réseau Recherches et Solidarités. Viennent ensuite des fonds d'autres organismes (19,9%) puis de l'Union européenne (11,1%).

Il existe 77 Restos bébé du Coeur. Les parents peuvent s'adresser à ces Restos pour recevoir une aide matérielle (des couches, des jouets, des produits d'hygiène), des conseils pédiatriques ou être orientés vers les structures existantes qui pourraient également les aider, et ce, jusqu'aux 12 mois de leur enfant. 38.500 bébés ont été accueillis lors de la dernière campagne.

Les dons en nature sont possibles. Comme pour Emmaüs, il est possible donner des vêtements ou du mobilier aux Restos du Coeur de son département, mais également sa maison, par legs. Elle ne servira pas de lieu d'accueil pour les personnes démunies car les Restos du Coeur n'ont pas vocation à posséder du patrimoine immobilier. Le bien sera donc vendu et l'argent récolté permettra "d'acheter des denrées alimentaires ou de mettre en place des missions sociales, comme les chantiers d'insertion", indique le site Internet.

Un euro correspond à un repas quotidien. Un don de 30 euros assure un repas quotidien pendant un mois à une personne seule et avec 90 euros, elle aura un repas assuré pour tout l'hiver. Avec 180 euros, les Restos peuvent aider une maman isolée et son bébé pendant tout l'hiver et à partir de 530 euros, c'est tout une famille qui est soutenue.

Une loi s'appelle "Coluche". Depuis le 20 octobre 1988, la loi Coluche permet une réduction d'impôts. Au départ de 50%, cet avantage a été augmenté au fil des années pour atteindre les 75% du montant du don, dans les limites d'un plafond de 530 euros. Par exemple, si un particulier fait un don de 90 euros, il en déduit 75% de ses impôts (soit 67,50 euros). À la fin de l'année, il aura donc donné de sa poche 22,50 euros. 

Des vacances avec les Restos. Un enfant sur trois ne partirait pas en vacances. Alors les Restos du Coeur s'appuient sur des partenaires de tourisme comme des villages vacances, des campings ou des gîtes pour accueillir des enfants qui n'ont pas la possibilité de partir avec leurs parents. L'association possède même une maison en Isère. Pour la plupart des enfants, il s'agit d'un premier voyage. L'occasion pour eux de sortir de leur quotidien parfois difficile. 

Du soutien scolaire pour éviter la précarité. 684 enfants ont bénéficié de l'accompagnement scolaire de près de 300 bénévoles. Les ateliers proposés sont destinés à donner aux enfants, du CP à la Terminale, les bases et les ressources nécessaires pour "qu'ils ne connaissent jamais les situations de précarité que peuvent vivre leurs parents". Pour accéder à cette aide, il n'est pas nécessaire d'être bénéficiaire des Restos.  

Un accompagnement pour accéder à Internet depuis 2013. Ces ateliers d'initiation à Internet et à la maîtrise de l'ordinateur permettent de donner aux personnes accueillies les moyens de se réinsérer socialement. Ils donnent la possibilité aux bénéficiaires de garder un lien avec leurs familles, mais aussi de rédiger un CV ou de mettre à jour leurs droits pour la CAF ou Pôle emploi. 1.170 personnes ont ainsi eu accès aux ressources d'Internet l'année dernière. 

Permettre un accès égal aux ressources de la justice. Les Restos du Coeur informent, orientent et accompagnent les personnes qui le demandent dans leurs démarches auprès de la justice. Que ce soit pour connaître leurs droits en cas de séparation ou dans le cadre d'un litige avec un employeur, plus de 300 bénévoles travaillent avec les organismes locaux pour aider au mieux les plus démunis à accéder à leurs droits.