Congrès de Versailles, une tradition républicaine

  • A
  • A
Congrès de Versailles, une tradition républicaine
Partagez sur :

A l'occasion du "discours du trône" de N. Sarkozy à Versailles, Franck Ferrand tourne une page méconnue de l'Histoire de France.

Désertée depuis la Révolution, Versailles redevient la capitale de la France en 1871. Au lendemain du désastre militaire de 1870, les Prussiens avaient facilité l'organisation d'élections en février 1871 pour permettre l'émergence d'une assemblée capable d'approuver la paix. Cette assemblée à majorité conservatrice s'est d'abord réunie à Bordeaux avant de se transporter, non pas à Paris, considérée comme peu sûre, mais à Versailles où le chef de l'exécutif Adolphe Thiers va faire venir toutes les administrations, les corps constitués...

La Commune de Paris aidant, la parenthèse va durer huit années pendant lesquels les parlementaires siègeront dans l'ancien Opéra Royal. A partir de 1875, le régime devient bicaméral, un Sénat qui reste à l'Opéra et une chambre des députés pour laquelle l'architecte Edmond de Joly va construire dans l'aile du Midi du château un nouvel hémicycle flambant neuf. C'est celui-ci qui accueille encore de nos jours les réunions du Congrès.

Sous les IIIe, IVe République et au début de la Ve, les parlementaires réunis en congrès y élisaient le chef de l'Etat. 15 présidents ont ainsi été élus à Versailles. Après la Seconde Guerre Mondiale, la salle a également accueilli le "Commonwealth à la gauloise" qu'était l'Union française.