Concurrencer L’Équipe : mission impossible (III)

  • A
  • A
Concurrencer L’Équipe : mission impossible (III)
Partagez sur :

Le Quotidien du foot, en kiosques depuis mardi, devra avoir les reins solides pour réussir là où tous ses prédécesseurs ont échoué.

"Un défi immense." Robert Lafont, rédacteur en chef du Quotidien du foot, en kiosques pour la première fois mardi matin, ne s’est pas trompé dans le titre de son édito de une. Car ce journal, exclusivement consacré au ballon rond, n’est pas le premier à tenter de briser le monopole de L’Équipe en matière d’information sportive quotidienne. Et comme le reconnaît le nouveau venu dans ses propres colonnes : "S’il réussit, ce sera une première."
Retour sur les échecs de ses prédécesseurs.

III. Aujourd’hui Sport (3 novembre 2008 – 30 juin 2009) : le petit frère

Si Le 10 Sport a échoué, c’est en partie à cause d’Aujourd’hui Sport. "AS" est un "killer project", monté en à peine trois semaines par le groupe Amaury, propriétaire de L’Équipe, afin de contrer l’offensive de Michel Moulin et préserver le monopole de son titre-phare. Né pour finir croqué par l’ogre, le petit frère de L’Équipe lui "emprunte" plusieurs de ses rédacteurs.

Dans les jours qui précèdent le lancement, certains journalistes, parmi la trentaine qui compose la rédaction, portent des t-shirts "Commando 10", qui disent tout de la mission d’Aujourd’hui Sport : tuer Le 10 Sport.

Le premier numéro paraît le 3 novembre 2008, comme Le 10 Sport. Le prix de vente est fixé à 0,50 €, comme Le 10 Sport. Le contenu fait la part belle au foot, comme Le 10 Sport. La diffusion s’établit à quelque 35.000 exemplaires, un poil mieux que Le 10 Sport.

Quatre mois et demi plus tard, la mission est accomplie : le quotidien de Michel Moulin a disparu. "AS" peut disparaître à son tour, même si certains, au sein du groupe Amaury ou du quotidien, auraient bien aimé poursuivre l’aventure quelques mois supplémentaires. "Les perspectives de marché, tant en vente qu'en publicité, ne permettent pas d'assurer à ce titre une viabilité économique à moyen terme", résume le communiqué officiel d’Amaury. Le 30 juin 2009, Aujourd’hui Sport barre sa dernière une de ce titre : "C’est mort".

La première une d'Aujourd'hui Sport, le 3 novembre 2008 :

Asport_n1

> I. Le Sport, le précurseur

> II. Le 10 Sport, le concurrent "low cost"