Comment rejoindre la réserve opérationnelle civile ?

  • A
  • A
Comment rejoindre la réserve opérationnelle civile ?
@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

Après l'attentat de Nice, le ministre de l'Intérieur a appelé les volontaires "patriotes" à rejoindre la réserve opérationnelle. Quelles sont les conditions d'admission ? 

Quelques heures à peine après l'attaque revendiquée par l'Etat islamique sur la Promenade des Anglais, à Nice, jeudi 14 juillet, le président François Hollande annonçait qu'il décidait de faire appel à la réserve opérationnelle, afin de "soulager" les forces de sécurité présentes sur l'ensemble du territoire depuis plusieurs mois en cette période estivale.

A peine deux jours plus tard, le ministre de l'Intérieur appelait cette fois les Français "patriotes" à rejoindre cette réserve, constituée de civils avec ou sans expérience militaire et d'anciens militaires. N'importe qui peut-il se porter volontaire ? Quelles sont les conditions pour pouvoir y participer ? Europe 1 fait le point sur ce qu'il faut savoir avant de s'engager et d'envoyer son dossier de candidature.

  • Pour intégrer la réserve de la police nationale

Jusqu'en 2011, seuls les policiers retraités pouvaient rejoindre la réserve de la police. Désormais, et même si une majorité de réservistes demeurent d'ex-fonctionnaires, tout citoyen français de 18 à 65 ans peut y prétendre - sous réserve de quelques critères. 

1) Il faut d'abord "être en règle au regard des obligations du service national", indique le site internet de la police nationale, soit avoir accompli son service militaire ou sa Journée Défense et Citoyenneté (JDC, ex-JAPD), pour les personnes nées après le 31 décembre 1979. 

2) Evidemment, il faut "être de bonne moralité" et ne pas avoir été condamné "à la perte des droits civiques ou à l’interdiction d’exercer un emploi public, ni à une peine criminelle ou correctionnelle inscrite au bulletin n° 2 du casier judiciaire".

3) Et enfin, il est nécessaire de posséder l’aptitude physique requise.



Entretien de motivation et visite médicale. Il suffit ensuite d'envoyer son dossier de candidature. Les candidats suivent une formation durant dix jours, dans une école nationale de police, durant laquelle ils acquièrent les bases juridiques et techniques. Il leur faudra également répondre à un entretien de motivation puis passer une visite médicale, afin de pouvoir signer un contrat d’engagement, d'une durée d'un an renouvelable jusque cinq ans.

Réquisitionnable 90 jours/an. Si jamais vous intégrez la réserve, vous pourrez être mobilisé sur des missions diverses, selon vos disponibilités, jusqu'à 90 jours par an, selon le site du ministère de l'Intérieur. Une indemnité journalière est calculée en fonction des compétences. Le réserviste de la police nationale n'est pas armé, mais pourra en revanche porté un gilet par-balles s'il est affecté à des missions sur la voie publique.

  • Pour rejoindre la réserve opérationnelle militaire

CÔTÉ GENDARMERIE. C'est en substance le même principe pour intégrer la réserve opérationnelle de la gendarmerie, qui compte 25.000 réservistes de "niveau 1", c'est-à-dire dont 70% de civils. Mais le gouvernement espère mobiliser jusqu'à 9.000 réservistes pour soulager les forces actives. Il faut cette fois être citoyen français, avoir entre 17 et 30 ans et, là aussi, avoir satisfait aux obligations du service national et être jugé apte physiquement et moralement.

Les candidats suivront une préparation militaire, et passeront ensuite un temps en unité de gendarmerie. Ils apprendront ainsi les rudiments de l'intervention professionnelle, les bases réglementaires et légales de la mission ainsi que les bases de secourisme et de déontologie. 

Pour intégrer la réserve, il faudra avoir obtenu, à l'issue de cette préparation, le diplôme de "gendarme adjoint de réserve". Après leur formation, un certificat d'aptitude aux tirs sera également délivré aux réservistes, car à la différence de ceux de la police nationale, ils pourront être armés. Si leur rémunération est calculée en fonction de leur grade, les réservistes gagnent en moyenne 89 euros net par jour et peuvent être mobilisés jusqu'à 90 jours par an

CÔTÉ ARMÉE. Pour ceux qui le souhaitent, il est également possible de postuler pour s'engager dans la réserve opérationnelle de l'une des trois armées. Fin novembre 2015, ils étaient pas moins de 28.0000 réservistes dans l'armée. Tout citoyen français à partir de 17 ans, en conformité avec les obligations du service national, peut se porter volontaire.

Bien sûr, le candidat ne doit jamais avoir été condamné "à la perte de ses droits civiques ou à l’interdiction d’exercer un emploi public, à une peine criminelle, ou à la destitution ou à la perte du grade dans les conditions prévues par le code de la justice militaire", indique le site du ministère de la Défense. Et il doit aussi posséder les aptitudes physiques nécessaires.

Toute personne souhaitant s'engager comme réserviste dans l'armée de Terre, dans la Marine nationale ou dans l'armée de l'Air, peut se renseigner dans l'un des centres d'information et de recrutement des forces armées (CIRFA), présents sur tout le territoire. 

Réserve opérationnelle et réserve citoyenne 

Attention, il ne faut pas confondre la réserve opérationnelle civile avec la "réserve citoyenne de défense et de sécurité". Cette dernière réunit pas moins de 3.680 volontaires, dont près de 1.300 au sein de la gendarmerie nationale. Ces bénévoles ont pour but de mettre leurs compétences au service de la Défense et de la gendarmerie nationale, sans percevoir aucune rémunération ou indemnisation pour leur engagement. "Ils peuvent être sollicités pour des actions de communication, de relations publiques, de recrutement, pour contribuer au devoir de mémoire", indique le site du ministère de la Défense.