Comment aider son enfant à lutter contre la dyslexie ou le déficit d'attention

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Stanislas Dehaene, président du Conseil scientifique de l’Éducation, évoque au micro de Wendy Bouchard, sur Europe 1, deux troubles cognitifs souvent diagnostiqués pendant les premières années d'école.

LE TOUR DE LA QUESTION

Ils sont 12 millions à avoir pris le chemin de l'école lundi, et nombre d'entre-eux pour la première fois. Les premières années de scolarisation peuvent être pour certains enfants l'occasion de mettre le doigt sur une difficulté spécifique de l'apprentissage, voire un véritable trouble cognitif. Invité de Wendy Bouchard dans Le tour de la question sur Europe 1, Stanislas Dehaene, président du Conseil scientifique de l’Éducation auprès de Jean-Michel Blanquer, revient sur deux troubles répandus : la dyslexie et le déficit de l'attention.

La dyslexie

De quoi parle-t-on ? "Ce sont des enfants d'intelligence strictement normale et qui ont un déficit sélectif dans l'apprentissage de la lecture. On distingue plusieurs types de dyslexiques", relève au micro d'Europe 1 Stanislas Dehaene. "Très souvent, le problème principal est dans la mise en liaison des lettres avec les sons, et de percevoir correctement les sons du langage".

Mais il existe aussi d'autres formes de dyslexie qui proviennent cette fois de l'aspect visuel de l'écriture. "Le fait de transposer les lettres, de ne pas réussir à comprendre que les lettres en miroir sont différentes, par exemple le 'b' et le 'd'", indique Stanislas Dehaene.

Le conseil de notre spécialiste. En ce qui concerne la dyslexie phonologique, un travail sur les sons de la langue peut aider à la prévenir. Il est souvent pratiqué dès l'école maternelle par les enseignants. "Les parents peuvent faire cela : jouer à des contrepèteries, à des jeux de rimes, aux mots-tordus", détaille Stanislas Dehaene. Le spécialiste glisse un conseil de lecture : Le prince de Motordu, une série d'albums réalisés par Pef et dont le personnage principal à la fâcheuse tendance de déformer les mots. Comme "chapeau", utilisé à la place de "château".

Toutefois, dans le cas d'une dyslexie sévère, qui se prolonge jusqu'à 9 ou 10 ans, les enfants peuvent avoir besoin d'un orthophoniste. "Il va pouvoir faire un diagnostic plus précis et faire travailler les enfants sur les origines de la dyslexie".

>> De 9h à 11h, on fait le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l'émission ici

Les troubles du déficit de l'attention

De quoi s'agit-il ? Le trouble du déficit de l'attention est un mal réel qui se caractérise par une grande difficulté à maintenir son attention, et peut également se manifester par des réactions impulsives, voire une forme d'hyperactivité.

Le conseil de notre spécialiste. "Quand il y a un trouble de l'attention bien diagnostiqué, certains médicaments comme la Riatline ont un effet très positif pour apprendre aux enfants à se contrôler", indique Stanislas Dehaene.

Toutefois, certaines activités cognitives peuvent aider les enfants à mieux se concentrer. "Comme n'importe quel système cérébral, l'attention s’entraîne", relève le scientifique. En l'occurrence, l'apprentissage d'un instrument de musique paraît un exercice tout indiqué. "Un enfant qui apprend à jouer du violoncelle, de la basse ou du piano doit contrôler tout son corps, doit réussir à lire en même temps, à ne pas se laisser distraire, et à se synchroniser avec d'autres enfants dans un orchestre", énumère le scientifique. "Tout ceci est un excellent entraînement de l'attention".