Collision de Millas : l'avocate des familles demande que les expertises soient effectuées rapidement

  • A
  • A
Collision de Millas : l'avocate des familles demande que les expertises soient effectuées rapidement
La conductrice du car scolaire affirme que le feu et la sonnerie ne fonctionnaient pas au moment où elle est passée.@ PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :

La conductrice du car scolaire a été mise en examen pour "homicides et blessures involontaires par imprudence" et placée sous contrôle judiciaire.

L'avocate de certaines familles de victimes de l'accident de Millas a réclamé que les expertises sur le fonctionnement du passage à niveau, où la collision entre un car scolaire et un train a fait six morts et plusieurs blessés le 14 décembre, commencent rapidement.

"Il s'agit de vérifier si le feu était allumé et si le signal sonore a fonctionné". "Le magistrat instructeur a demandé des expertises, mais pour l'instant aucune n'a été faite", a indiqué Me Jehanne Collard à l'AFP. "Il s'agit de vérifier si le feu était allumé et si le signal sonore a fonctionné. Il faut que ces expertises soient effectuées très rapidement", a-t-elle expliqué. Une troisième famille s'est jointe jeudi à la constitution de partie civile, a précisé Me Collard. 

La conductrice du car scolaire a été mise en examen le 20 décembre pour "homicides et blessures involontaires par imprudence" et placée sous contrôle judiciaire, avec notamment l'interdiction de conduire. Elle a toujours assuré avoir vu les barrières du passage à niveau levées.

Des premières "constatations matérielles" contredisent la conductrice. Sa version contredit les premières "constatations matérielles" dont avait fait état le procureur de Marseille et qui allaient "plutôt dans le sens d'une barrière (du passage à niveau) fermée", tout comme les témoignages du conducteur du TER et des chauffeurs des véhicules qui se trouvaient de l'autre côté de la voie.

La conductrice affirme que le feu et la sonnerie ne fonctionnaient pas au moment où elle est passée. "C'est possible, d'où l'importance des résultats de l'expertise", selon Me Jehanne Collard, estimant que si c'est le cas, cela met "en cause aussi la SNCF". Lancée il y a sept jours, une pétition en soutien à la conductrice était sur le point de rassembler 50.000 signatures jeudi à 15 heures.