Collectivités territoriales : des absences en hausse de 19% sur 7 ans

  • A
  • A
Collectivités territoriales : des absences en hausse de 19% sur 7 ans
@ AFP
Partagez sur :

Le premier facteur d'absence est celui de la maladie ordinaire, suivie par la longue maladie et les accidents du travail, selon une enquête publiée mardi.

Le taux d'absences des agents des collectivités territoriales a augmenté de 19% depuis 2007, en raison notamment des arrêts pour longue maladie, selon une enquête publiée mardi et réalisée par le courtier en assurance des collectivités territoriales et des établissements de santé, Sofaxis.

Plus forte progression aux accidents de travail. Ce taux d'absence s'élevait en moyenne à 8,8% en 2014. La maladie ordinaire représente le premier facteur d'absence pour raison de santé : sa part varie entre 41 et 46 % du taux d'absence chaque année. La longue maladie/longue durée représente environ un tiers du taux d'absence global (entre 31 et 36%), l'accident du travail de 12 à 15% et la maternité environ 10%. L'accident du travail affiche la plus forte progression du taux d'absence (+ 49% depuis 2007).

Des arrêts moins longs. En 2014, la durée moyenne des arrêts a eu tendance à baisser, un phénomène lié, selon l'étude, aux nouvelles conditions législatives avec la suppression du jour de carence, ce qui a entraîné une hausse de la proportion d'arrêts courts. 42% d'agents ont été absents au moins une fois en 2014 (contre 40% en 2013). 31% d'entre eux l'ont été pour cause de maladie ordinaire (6% pour accident du travail, 3% pour un congé longue maladie/longue durée et 2% en congé maternité).

Des salaires amputés en cas de longue maladie. Le coût moyen des absences s'élève à 1.961 euros en moyenne par agent employé en 2014. La maladie ordinaire représente 44% de ce coût moyen (soit 861 euros), suivie de la longue maladie/longue durée (29%, soit 575 euros). Lorsque les arrêts se prolongent au-delà de 90 jours cumulés sur une année, le passage à demi-traitement entraîne une perte de revenus importante, qui précarise l'équilibre économique du foyer de l'agent. Ainsi, pour un arrêt de 184 jours, les revenus d'un agent de catégorie C diminuent de près de 13%. En longue maladie, pour un arrêt de 2 ans, un agent de catégorie B peut voir ses revenus diminuer de moitié à partir de la deuxième année.