Clearstream : les grandes dates de l’affaire

  • A
  • A
Clearstream : les grandes dates de l’affaire
Partagez sur :

Depuis 2001, la société Clearstream est au centre d'une affaire politico-économique.

Février 2001 : Denis Robert, ancien journaliste de Libération devenu indépendant, publie un ouvrage titré Révélation$, dans lequel il affirme mettre en évidence l’existence de malversations financières pratiquées par l’organisme financier luxembourgeois Clearstream.

Juin 2001 : Une information judiciaire portant sur la vente frégates françaises à Taïwan, en 1991, est ouverte. Elle est instruite par Renaud van Ruymbeke et Dominique de Talancé. Les commissions liées à ce contrat auraient transité par Clearstream, cette "chambre de compensation interbancaire".

2003 : Des listings bancaires se mettent à circuler. De nombreux noms d’industriels y figurent. Un conseiller du ministère de la Défense, le général Philippe Rondot, est chargé d’enquêter sur ces listings.

3 mai puis 9 et 4 juin 2004 : Des courriers et CD-Rom anonymes sont reçus par le juge Renaud van Ruymbeke. Ils affirment que des cadres de Thomson-CSF et Airbus auraient touché des commissions occultes via Clearstream, dans le dossier des frégates taïwanaises. Ce sont ensuite des listings comportant des milliers de comptes de banques et d’organismes financiers internationaux censés traiter avec Clearstream qui sont envoyés. Le nom de Nicolas Sarkozy y figure, sous les patronymes Bocsa et Nagy.

Janvier 2006 : La médiatisation extrême de l’affaire va débuter, quand Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, se constitue partie civile. Son objectif : savoir si la manipulation le vise, politiquement parlant. Une information judiciaire pour "dénonciation calomnieuse" est ouverte, elle est confiée aux juges d’Huy et Pons. Le général Rondot met en cause Dominique de Villepin, et l’un des proches du ministre des Affaires étrangères, Jean-Louis Gergorin, avoue être "le corbeau", qui a posté les documents anonymes. Origine avancée des documents : un ancien information du groupe, Imad Lahoud, qui reconnaît avoir rencontré Denis Robert.

27 juillet 2007 : Dominique de Villepin est mis en examen. Quelques semaines avant, son domicile a été perquisitionné, son téléphone écouté.

3 septembre 2007 : Sur Europe 1, Dominique de Villepin s’interroge quant au rôle de Nicolas Sarkozy dans l’affaire : "Comment peut-on être partie civile alors qu’on est président de la République, président du Conseil supérieur de la magistrature, qu’on peut se tenir jour après jour informé d’un dossier et qu’on peut donner des instructions à la Chancellerie ?"

Février 2008 : L’affaire ouverte concernant sur l’éventuelle manipulation contre Nicolas Sarkozy est refermée. Cinq personnes ont été mises en examen : Jean-Louis Gergorin, Imad Lahoud, Denis Robert, Dominique de Villepin, et le stagiaire d’un cabinet d’expertise comptable.

Juin 2008 : Le parquet requiert un supplément d’information. Objectif : préciser les éventuelles connexions entre Dominique de Villepin et Imad Lahoud.

18 novembre 2008 : Dominique de Villepin est renvoyé en correctionnelle par les juges d’Huy et Pons, ainsi que les quatre mis en examen.

Juin 2009 : Le Conseil d’Etat rejette le recours de Dominique de Villepin sur la légalité de son renvoi en correctionnelle : l’ancien premier ministre critiquait une intervention de Nicolas Sarkozy qui, par décret, avait prolongé de plusieurs semaines les fonctions du juge Pons près le Tribunal de grande instance de Paris.

4 septembre 2009 : Dans Le JDD, Imad Lahoud accuse Dominique de Villepin et Jean-Louis Gergorin d’avoir ajouté le nom de Nicolas Sarkozy sur les listings de Clearstream.

21 septembre 2009 : Le procès de l'affaire Clearstream s'ouvre devant le tribunal correctionnel de Paris.

28 janvier 2010 : Le jugement est rendu.