Plaques d'immatriculation, retraites, logement... quels sont les changements au 1er juillet ?

  • A
  • A
Plaques d'immatriculation, retraites, logement... quels sont les changements au 1er juillet ?
@ PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :

Traditionnellement en France, le 1er juillet marque une série de mise en œuvre de mesures. Tour d'horizon sur quelques changements qui vous concernent peut-être directement.

Le 1er juillet marque généralement la mise en application de nouvelles réglementations, ainsi que de nouveaux tarifs. Nous vous proposons un zoom sur les principaux changements.

Deux mesures concernent la circulation des véhicules

  • A partir du 1er juillet, les automobilistes roulant sans avoir apposé la vignette Crit'Air sur leur pare-brise encourront une amende de 68 euros. Depuis le 15 janvier dernier, Paris est devenue la première Zone à circulation restreinte de France, les automobilistes ont d'abord bénéficié d'une période d'expérimentation dite "pédagogique". La vignette Crit'air permet de classifier les véhicules selon leurs émissions polluantes. Si ce n'est déjà fait, il est donc temps de commander votre vignette sur www.certificat-air.gouv.fr, comptez 30 jours de délai pour la recevoir.

  • Les plaques d'immatriculation pour les deux et trois roues motorisés, et les quads, devront être uniformisées à partir du 1er juillet : ces véhicules devront en effet présenter une plaque d'immatriculation de 21x13 cm. Le but de cette réforme est de faciliter le contrôle des forces de l'ordre, et de permettre aux radars de lire la plaque de n'importe quel véhicule. Si vous ne respectez pas cette nouvelle mesure, vous pourrez recevoir une amende de 135 euros, mais une telle infraction ne sera pas soumise au retrait de points. 

Ce 1er juillet verra aussi la revalorisation de l'allocation-chômage, ainsi que la mise en oeuvre d'une loi concernant les retraites :

  • Les allocations-chômage seront légèrement revalorisées : l'allocation minimale d'aide au retour à l'emploi (ARE) est revalorisée de 0.65%, soit 28.86 euros par jour. "Cette revalorisation concerne près de 94 % des demandeurs d’emploi indemnisés par l’Assurance chômage au 1er juillet 2017, soit environ 2,5 millions de personnes", a précisé l’Unedic.

  • En 2014, la loi Touraine instituait la liquidation unique des régimes alignés (Lura). Derrière ce terme compliqué, la liquidation unique des pensions de retraite pour les personne ayant cotisés à différents régimes dit "alignés" (régime général, salariés agricoles, RSI). Selon Les Echos, qui a pu consulter une note transmise au Conseil d'orientation des retraites par la Caisse nationale d'assurance-vieillesse, cette mesure technique entraînera "une perte moyenne de pension de l'ordre de 0.9% chez l'ensemble des nouveaux retraités qui y sont affiliés entre 2018 et 2037". Deux tiers des polypensionnés risquent donc de percevoir une pension plus faible, mais l'autre tiers touchera au contraire plus d'argent.

Au 1er juillet, nouvelle obligation pour les propriétaires souhaitant louer leur bien :

  • Les propriétaires loueurs devront, à partir du 1er juillet, réaliser deux nouveaux diagnostics. Pour les logements dont l'installation de gaz ou d'électricité a plus de 15 ans, ou dont le dernier certificat de conformité remonte à plus de 15 ans, deux nouveaux diagnostics relatifs à ces installations sont désormais obligatoires. Les propriétaires souhaitant louer leur bien devront faire réaliser ce diagnostic par une professionnel agréé, et annexé au contrat de bail.

Par ailleurs, après le passage de la consultation de 23 à 25 euros chez le généraliste début mai, de nouvelles revalorisations tarifaires entrent en vigueur pour les médecins libéraux. La consultation coordonnée, lorsqu'un médecin traitant adresse son patient à un spécialiste, passera de 28 à 30 euros. Chez les psychiatres, neuropsychiatres et neurologues, le tarif de la consultation grimpera de 37 à 39 euros.