Cinq ans de prison ferme pour les patrons "voyous"

  • A
  • A
Cinq ans de prison ferme pour les patrons "voyous"
Partagez sur :

Les anciens dirigeants de Thomé-Génot ont été condamnés pour "recel, banqueroute par détournement et abus de biens sociaux".

Le tribunal correctionnel de Reims a condamné mardi à cinq ans de prison ferme les deux ex-dirigeants du groupe américain Catalina. Ils étaient soupçonnés de malversations lors de la reprise en 2004 du sous-traitant automobile Thomé-Génot dans les Ardennes.

Greg Willis, l'ancien PDG, et Catherine Zickfeld, son adjointe, qui habitent tous les deux aux Etats-Unis, n'étaient pas représentés à l'audience. Ils ont été reconnus coupables de "recel, banqueroute par détournement et abus de biens sociaux" à la suite de la reprise des Ateliers Thomé-Génot (ATG). L'entreprise employaient quelque 280 personnes avant son placement en liquidation judiciaire en octobre 2006.

Ils ont également été condamnés à 20 millions d'euros de dommages et intérêts envers les différentes parties civiles et cinq ans d'interdiction de gérer une entreprise.

Le parquet, qui avait dénoncé les "méthodes de patrons voyous dont l'absence constitue une gifle envoyée au tribunal et à la région", avait requis cette peine maximale d'emprisonnement.

Malgré un mandat d'arrêt international lancé en septembre 2008, ils ne devraient pas purger leur peine en France. La législation américaine interdit en effet l'extradition de ses ressortissants.

L'avocat des anciens ouvriers de Thomé-Génot, Me Xavier Médeau, espère que cette décision "qui est symboliquement forte, va constituer un exemple pour les cas similaires".

Yannick Langrenez, le représentant des anciens de Thomé-Génot, s'est félicité que "par ce jugement exceptionnel de condamnation à la prison ferme, le tribunal ait reconnu que l'entreprise avait été victime d'un pillage". Mais il faut de "la volonté politique pour faire appliquer le jugement vis-à-vis des Etats-Unis" a-t-il ajouté.