Chloé Mortaud, Miss ou pas Miss : jugement le 12 juin

  • A
  • A
Chloé Mortaud, Miss ou pas Miss : jugement le 12 juin
Partagez sur :

La première dauphine de Chloé Mortaud (Miss France 2009) lors de l'élection "Miss Albigeois Midi-Pyrénées", en septembre 2008, a contesté ce vote régional lundi devant le tribunal de Nanterre. Elle soutient qu'il y a eu tricherie. La 6e chambre civile rendra son jugement le 12 juin.

Chloé Mortaud a-t-elle remporté l'élection de Miss Albijois Midi-Pyrénées sans tricher ? C'est la question que doit trancher le tribunal de Nanterre. A l'origine de la procédure, une rivale de Chloé Mortaud, Marine Beaury qui affirme que le jury était acquis à la cause de celle qui a été élue, depuis, Miss France. Selon son avocat, "il y a des suspicions qu'il y ait des liens" entre les parents de Chloé Mortaud, qui travaillent dans les chambres du commerce et de l'industrie (CCI) ou de l'agriculture de Foix (Ariège), et la déléguée locale du Comité Miss France, elle-même vice-présidente de la CCI d'Albi (Tarn). Un vote donc truqué qui doit être annulé et la belle, destituée, revendique la candidate déçue.

Derrière cette requête, il y a l'appui d'un homme, un Franco-Canadien, Michel Le Parmentier qui se bat depuis 25 ans contre le comité Miss France et sa présidente Geneviève de Fontenay. Il affirme avoir été le premier à avoir déposé la marque Miss France.



"Totalement absurde ! Il n'y a aucun lien entre l'Ariège et le Tarn", a répondu l'avocat du Comité Miss France, Jean-Philippe Destremau qui voit derrière cette action judiciaire "la soif de publicité" de Michel Le Parmentier, qu'il qualifie d'ennemi juré de Geneviève de Fontenay. Il a demandé que la perdante Marine Beaury soit non seulement déboutée mais aussi condamnée pour "procédure abusive". Jugement le 12 juin.